Partager :

En amont de l’exposition « Modigliani Up Close » présentée du 16 octobre 2022 au 9 janvier 2023 à la Barnes Foundation de Philadelphie, le tableau Nu avec un chapeau, réalisé en 1908 par l’artiste, a fait l’objet d’un examen radiographique approfondi au Hecht Museum de l’université de Haïfa en Israël. Ces analyses devaient à l’origine permettre d’en savoir davantage sur un dessin sous-jacent découvert en 2010. Mais à la stupéfaction des chercheurs, ce n’est pas une, mais trois figures cachées qu’elles ont permis de révéler.

Le Nu avec un chapeau est déjà en soi une peinture inhabituelle. Les deux côtés de la toile portent en effet des portraits peints mais dans des sens opposés, si bien qu’au nu (exposé à l’envers) répond au revers un portrait de Maud Abrantès, maîtresse et modèle occasionnelle de Modigliani avec qui il se lie peu de temps après son arrivée à Paris en 1906. Cette peinture est datée de quelques mois seulement après leur rencontre. Maud est un modèle assez récurrent de l’artiste durant sa carrière, plusieurs dessins et peintures la représentent.

Coiffée d’un chapeau à larges bords et dotée de traits assez délicats, la figure découverte en 2010 pourrait correspondre à une première version du tableau finale. Les deux autres représentations, moins facilement discernables, évoquent pour l’une une silhouette masculine, pour l’autre une silhouette de femme. L’identité de leurs modèles n’a pas encore pu être établie.

Ces dessins ont cela de surprenant qu’ils sont loin du style caractéristique de Modigliani, fait de dépouillement et de stylisation, et de ces figures longilignes, aux yeux vides, qui empruntent aussi bien aux masques africains qu’à l’art des Cyclades. Selon Inna Berkowits, historienne de l’art de l’université de Haïfa, Nu avec un chapeau s’apparente à un véritable « un carnet de croquis sur toile » et témoigne ainsi d’une « recherche sans fin de l’expression artistique » chez Modigliani, trop souvent réduit au statut d’artiste maudit abandonné aux paradis artificiels. Les dessins mis au jour par les dernières analyses témoignent des techniques de travail et des premières années de recherche de l’artiste à Paris.

Ce type de palimpseste pictural n’est pas rare chez Modigliani et de nombreuses compositions ou fragments sous-jacents et tableaux cachés dans les tableaux de Modigliani avaient ainsi pu être révélés, battant en bref le mythe du peintre maudit aux gestes déconstruits et abandonnés aux paradis artificiels.

En 2018, la Tate à Londres découvrait également dans l’une de œuvres de sa collection, Portrait d’une fille (1917), un mystérieux portrait caché. Les spécialistes s’accordaient alors à dire qu’il s’agissait d’une représentation de la poète britannique Beatrice Hastings, maîtresse de Modigliani, qui fut également l’une de ses premières muses. Les hypothèses étaient alors allées bon train pour expliquer la réutilisation de la toile, certains allant jusqu’à dire que l’artiste avait ainsi voulu marquer la fin de la relation de deux amants. La cause serait plus vraisemblablement d’ordre économique, l’artiste ayant eu des problèmes d’argent qui auraient pu le mener à réutiliser des toiles.

Source : Connaissance des Arts

 

Partager :