Point commun entre l’Italie et Israël? L’échec de Starbucks!

Par |2022-08-30T08:00:16+02:0030 Août 2022|Catégories : EDITORIAL|
Partager :

Deux pays ne veulent pas entendre parler de Starbucks  : l’Italie et Israël…

ITALIE. L’exemple de Starbucks est particulièrement parlant. En septembre 2018, alors que la chaîne de café était déjà une institution très populaire dans une grande partie des pays européens, un État faisait tache : l’Italie.

Dans la patrie de l’expresso consommé en trois gorgées au comptoir, il n’y avait toujours pas de Starbucks, et l’ouverture du premier point de vente à Milan, en septembre 2018, fut un véritable événement observé par la population locale avec un mélange de curiosité et de méfiance. Quatre ans plus tard, le bilan n’est pas réjouissant : il ne reste plus qu’une poignée d’enseignes en Italie, la majorité ayant dû fermer ses portes par manque de clients.

Un dénouement auquel a certainement contribué la pandémie, mais de manière générale le constat est que le modèle “standardisé” de Starbucks n’a pas su s’imposer face à la tradition locale.(Courrier International).

ISRAËL. Starbucks à Tel-Aviv, fermé depuis 20 ans.

Starbucks avait ouvert six cafés à Tel Aviv en 2001, pour les fermer seulement deux ans plus tard. La société avait déclaré à l’époque qu’elle fermait ses cafés à cause de « difficultés opérationnelles actuelles auxquelles nous devions faire face sur ce marché ».

Selon le Times : « Cela est peut-être plus lié au fait que les Israéliens n’aiment pas le café de Starbucks ». Selon nos constatations, cette affirmation est… totalement fausse! Les cafés israéliens proposent des cafés très similaires (de vrais imitations!) à Starbucks qui il y a vingt ans ne savaient pas comment approcher Israël.

Toujours selon le Times : « Lorsque Starbucks est entré pour la première fois sur le marché israélien, il a formé un partenariat avec le Groupe Delek, une des plus importantes compagnies israéliennes, qui gère une chaîne de stations-service et de supérettes. Le millionnaire Yitzhak Tshuva possède cette compagnie. Leur filiale, Shalom Coffee Co., appartenait à 80,5 % à Delek et à 19,5 % par Starbucks. Le groupe a ouvert six cafés à Tel Aviv, avec un centre logistique près de l’aéroport Ben Gourion. Les cafés sont restés vides ».

En fait, pour ceux qui connaissent bien Israël, Delek est NUL en service. Les stations les plus sales d’Israël sont certainement celles de DELEK.

Starbucks avait décidé de prendre le PLUS mauvais opérateur potentiel dans le pays. Espérons que ce Groupe américain reviendra à Tel-Aviv!

Partager :

Partager cet article, Choisissez votre plateforme !

Aller en haut