Partager :

Avigdor Liberman, leader d’Yisrael Beytenu, a déclaré dimanche que le premier projet de loi qu’il présenterait à la prochaine Knesset serait d’augmenter la difficulté de renverser un gouvernement, tandis qu’il a fait plusieurs promesses socio-économiques et politiques en dévoilant le programme de son parti.

Les gouvernements israéliens sont à la fois formés et renversés par une majorité de 61 législateurs dans un Parlement qui compte 120 sièges. Tout en soutenant la majorité simple actuellement nécessaire pour former un gouvernement, Liberman a proposé de porter à 90 le nombre de voix nécessaires pour renverser un gouvernement au cours de ses deux premières années d’existence, un nombre similaire à celui nécessaire pour démettre un président de la Knesset.

« Pour le renverser, au cours de ses deux premières années, 90 voix seraient nécessaires », a-t-il déclaré lors du lancement de la campagne de son parti laïc de droite.

« Lorsque vous promettez deux ans de stabilité politique, les citoyens d’Israël en profitent », a-t-il ajouté.

Le chef de Yisrael Beytenu a également déclaré qu’il soutiendrait des budgets nationaux de deux ans au lieu d’un an.

Liberman est ministre des Finances du gouvernement sortant, dont la chute a été accélérée par la crainte qu’un député de la coalition soit le 61e nécessaire pour faire tomber le gouvernement et forcer des élections anticipées. En 2020, le gouvernement précédent avait été renversé du fait de l’incapacité à adopter un budget annuel dans le cadre d’une querelle politique entre le Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, et son partenaire de coalition, le ministre de la Défense, Benny Gantz.

Une autre option pour changer un gouvernement israélien serait que 61 membres de la Knesset votent pour un changement dans une coalition alternative, sans élections générales ; il n’est pas vraiment certain que la proposition de Liberman prenne également en compte un tel scénario.

COPYRIGHTS. TIMES OF ISRAEL.
Partager :