Partager :
CTech – Le Bureau central des statistiques a publié une enquête spéciale visant à évaluer les attentes du secteur de la haute technologie en Israël, à partir de laquelle une conclusion claire peut être tirée : malgré les licenciements et les rumeurs de récession, la haute technologie israélienne reste optimiste.

Selon l’enquête, 51 % des entreprises de haute technologie ont répondu qu’elles s’attendent à une augmentation de l’activité au cours de l’année à venir. De plus, seulement un dixième des entreprises ont répondu qu’elles s’attendaient à une baisse réelle de l’activité. En d’autres termes, contrairement aux prévisions sombres et aux rapports de ralentissement majeur aux États-Unis et en Europe, environ 90 % des entreprises ont répondu qu’elles ne s’attendaient pas à une baisse d’activité. En outre, 37 % des entreprises ont indiqué qu’elles ne s’attendaient pas à un changement significatif de l’activité au cours de l’année à venir.

L’enquête a examiné les attentes des dirigeants d’entreprise dans le secteur high-tech dans le cadre de cinq aspects clés (activité, recrutement de salariés, salaires, crédit et mobilisation de capitaux) et en utilisant une comparaison entre les services high-tech (logiciels informatiques, conseil en informatique , services d’information et R&D) et de haute technologie industrielle (production pharmaceutique, informatique, instruments électroniques et optiques, construction aéronautique, etc.).

L’enquête a montré que l’optimisme du secteur des services (qui constitue actuellement la majorité de l’activité de haute technologie, tant en termes d’employés que d’exportations) est beaucoup plus élevé que dans le secteur de l’industrie. Quelque 52 % des entreprises de services s’attendaient à une augmentation, contre 38 % dans l’industrie. En outre, l’optimisme au sein du secteur de la haute technologie est nettement plus élevé que dans le reste de l’économie, où seulement 30 % environ ont déclaré s’attendre à une augmentation de l’activité.

Dans l’enquête, il est évident que l’optimisme existe également pour les questions de personnel : plus de 40 % des entreprises de haute technologie interrogées ont répondu qu’elles devraient embaucher davantage d’employés au cours de l’année à venir, contre 17 % qui pensaient que le nombre de nouveaux les employés vont diminuer.

Quand on regarde ce chiffre par secteurs, on constate que dans le secteur de l’industrie high-tech, 29% s’attendent à une baisse des embauches, ce qui est plus pessimiste que dans le secteur des services (17%). Dans le même temps, en dehors du secteur de la haute technologie, la baisse attendue des embauches est beaucoup plus faible (9 %) et environ la moitié des entreprises ont répondu qu’elles ne s’attendaient à aucun changement.

En termes de salaires, plus de 56 % des entreprises de haute technologie pensent qu’ils vont augmenter dans l’année à venir, alors que dans ce contexte il n’y a pas de différence entre les services et l’industrie. En outre, seulement 2 % des entreprises de haute technologie ont déclaré s’attendre à une baisse des salaires au cours de l’année à venir. Pour le reste de l’économie également, les entreprises s’attendent à une augmentation des salaires (environ 45 % ont déclaré s’attendre à une augmentation des salaires), apparemment dans le contexte d’une inflation accrue au cours de l’année dernière. L’attente d’une baisse des salaires dans le reste de l’économie est similaire à la haute technologie et n’est que de 2 %.

Les résultats concernant le crédit ne sont pas surprenants et ne devraient pas inquiéter la Banque d’Israël, la majorité absolue de l’économie n’anticipant pas de changements significatifs. En termes de mobilisation de capitaux, 42 % des entreprises de haute technologie s’attendent à une augmentation, contre 15 % des entreprises du reste de l’économie. Dans le secteur des services de haute technologie, la proportion d’entreprises qui s’attendent à une augmentation de la levée de capitaux est de 42%, par rapport au secteur industriel où une proportion à un chiffre a été enregistrée. De plus, le pourcentage d’entreprises du secteur des services ayant déclaré une diminution prévue du financement était nul.

SOURCES ET COPYRIGHTS. thepressfree.com

 

Partager :