Partager :

Tel Aviv accueillera la plus grande conférence mondiale sur le bien-être en novembre.

Le Global Wellness Summit réunira des entrepreneurs et des cadres des secteurs de la foodtech, des soins de beauté, des technologies médicales, du fitness et de l’hôtellerie

 

Participants au Sommet mondial du bien-être en 2021. (Crédit : Autorisation)

Participants au Sommet mondial du bien-être en 2021. (Crédit : Autorisation)

Israël accueillera cette année le Global Wellness Summit (GWS) [le sommet mondial du bien-être], la plus grande conférence de ce type au monde, après que l’événement a été reporté deux fois au cours des deux dernières années en raison de la pandémie du COVID.

Le GWS, qui durera trois jours, devrait se tenir au Hilton de Tel Aviv au mois de novembre. La conférence annuelle rassemblera des entrepreneurs, des cadres et des propriétaires d’entreprises dans des domaines tels que l’hôtellerie, le tourisme, la santé, les soins de beauté et les spas, la foodtech, le fitness, la technologie médicale et secteur industriel, sous le terme générique multidimensionnel de « bien-être », qui couvre la recherche du bien-être physique, mental, émotionnel, social, spirituel et environnemental.

Pour Nancy Davis, directrice de la création et directrice exécutive de la GWS, le choix du lieu du prochain sommet était une évidence. Tel Aviv est la capitale technologique d’Israël et le siège d’une myriade de sociétés et de start-ups dans le secteur de la santé et du bien-être.

Le sommet s’est tenu à Boston en 2021, à Palm Beach (Floride) l’année précédente, à Singapour en 2019 et à Cesena (Italie) en 2018.

La pandémie a « réveillé tout le monde en ce qui concerne le bien-être », a déclaré Davis au Times of Israel pendant une visite pilote à Tel Aviv le mois dernier, tandis que les préparatifs pour accueillir le sommet étaient en cours.

Bien que l’économie mondiale du bien-être semble avoir souffert dans un premier temps, passant de 4 900 milliards de dollars avant la pandémie à 4 500 milliards de dollars aujourd’hui, le marché devrait atteindre 7 000 milliards de dollars d’ici 2025, selon un rapport publié l’année dernière par le Global Wellness Institute, la branche de recherche de GWS.

Participants à un précédent Global Wellness Summit. (Crédit : Autorisation)

Si les deux dernières années ont catapulté la question du bien-être au premier plan, cette année, il s’agit de rassembler toutes les pièces de ce que Davis appelle un « puzzle mondial géant ».

Autrefois un concept étroit, le bien-être est devenu le terme générique d’un ensemble de disciplines, dont le fitness, l’alimentation saine, le bien-être au travail, le bien-être mental, le bien-être dans le secteur du tourisme et des voyages, et dans celui de l’immobilier.

« Les silos se croisent désormais. Nous voyons le dynamisme de… l’association de la technologie et de l’innovation au bien-être, et comment cela a aidé le monde du bien-être », explique Susie Ellis, PDG de GWS.

Davis est d’accord : « Si je devais résumer une seule idée qui va vraiment aider à diriger le sommet de cette année et son agenda, ce serait cette idée de convergence. »

Selon elle, Tel Aviv n’a pas son pareil pour favoriser la convergence, et offre des possibilités de « collisions inattendues ». Le chevauchement de secteurs disparates en Israël, sa culture de la collaboration et ses partenariats public-privé uniques en leur genre en font un terrain fertile pour l’innovation dans une industrie du bien-être en pleine expansion.

Ellis et Davis l’ont bien compris lors d’une visite à IMED, la branche consacrée à l’innovation de l’hôpital Sourasky – Ichilov de Tel Aviv, où ils ont rencontré le professeur Ronni Gamzu, directeur d’Ichilov et ancien responsable chargé de la lutte contre le coronavirus en Israël.

Davis a déclaré qu’il était « stupéfiant » de voir le bien-être, la santé et la technologie prendre vie dans un environnement hospitalier. Outre l’incubation de start-ups, IMED a également ouvert une branche de placement.

« Ils réunissent les médecins, qui sont des entrepreneurs, et leurs inventions avec des fonds pour donner vie à ces compagnies. C’est une convergence extraordinaire », a-t-elle déclaré.

Partager :