Partager :

Les avocats se sont avérés être une culture agricole rentable en Israël au cours des dernières années et le taux de plantation de ces arbres fruitiers a fortement augmenté, même au détriment d’autres variétés de fruits, comme les agrumes.

Mehadrin, une société israélienne qui, depuis de nombreuses années, est associée à la culture des agrumes, reconnaît également le potentiel de l’avocat. L’année dernière, environ 60 % de ses nouvelles plantations étaient des avocatiers, soit environ 65 hectares. La superficie totale des plantations d’avocats du Mehadrin atteint déjà 750 hectares d’avocatiers, soit 20 % de sa superficie totale. Cette superficie s’est avérée rentable, puisqu’elle représente 30 % des revenus de l’entreprise.

Selon Shaul Shelach, PDG de Mehadrin, il s’agit d’une tendance mondiale. « La demande d’avocats dans le monde est en hausse car il est considéré comme un super aliment », explique-t-il.

Ces perspectives favorables ont conduit Mehadrin à étendre ses activités de culture d’avocats à l’étranger. L’entreprise a récemment signé un accord avec une société marocaine pour accroître davantage sa culture d’avocats. Désormais, pour la première fois, des fruits israéliens seront cultivés en dehors de ses frontières. Au moins 500 hectares au Maroc seront loués et les sociétés investiront 7,6 millions d’euros au cours des trois premières années d’exploitation. Mehadrin détient 51 % de cette entreprise.

La capacité de production maximale devrait être de 10 000 tonnes d’avocats par an. Ces fruits sont destinés principalement aux partenaires de Mehadrin en Europe, tandis que les fruits qui ne sont pas adaptés à l’exportation seront vendus au Maroc.

Shaul Shelach, PDG de Mehadrin, explique que « pour se développer, Mehadrin doit créer des sources d’activité supplémentaires et se développer ailleurs. Cela profitera également à l’agriculture israélienne, car nous serons en mesure d’offrir un meilleur service tout au long de l’année à nos clients en Europe. »

Shelach estime que l’activité de l’entreprise au Maroc pourrait représenter jusqu’à un quart des activités de Mehadrin dans le domaine des avocats. « Le Maroc est le pays idéal pour cultiver des avocats : les coûts sont beaucoup plus bas et il est également plus proche de nos principaux marchés en Europe. »

Selon M. Shelach, la nécessité de se développer à l’étranger est renforcée par la pénurie d’eau. « Nous sommes le plus grand producteur en Israël et le plus grand exportateur de produits agricoles, mais ce n’est pas un domaine facile à vivre. Nous voulons que les agrumes soient notre principale culture, mais en Israël, cela est entravé par le coût élevé de l’eau. L’eau est la principale dépense, avec la main-d’œuvre humaine. Pour accroître notre compétitivité, nous devons développer nos activités à l’étranger. »

Mais le Maroc ne sera pas la destination finale, prédit Shelach. « Notre prochaine étape à l’étranger sera dans l’hémisphère sud, où, outre des coûts moins élevés, nous avons l’avantage d’avoir des saisons différentes. Ainsi, nous pouvons faire pousser des fruits à des périodes où rien ne pousse en Israël. »

Source : FreshPlazza

Partager :