Partager :

Des architectes de Corée du Sud, d’Allemagne et d’Israël ont présenté les idées les plus brillantes pour réimaginer la ligne d’horizon de Tel Aviv dans le futur, en tenant compte des efforts de rénovation urbaine visant à construire vers le haut tout en respectant le passé de la ville, connue pour son architecture Bauhaus.

Les propositions ont été soumises lors d’un concours de design organisé par la municipalité de Tel Aviv-Jaffa, intitulé « Layer 2.0 », qui demandait aux participants d’envisager de manière créative les possibilités de développement de la ville au cours des prochaines décennies. Le défi lancé aux architectes et aux étudiants en architecture du monde entier consistait à concevoir des extensions à l’un des nombreux bâtiments existants de Tel Aviv et de Jaffa, de telle manière qu’elles puissent définir la prochaine phase de l’architecture de la ville.

Le concours a attiré plus de 100 candidatures de cabinets d’architecture du monde entier et d’étudiants des programmes d’architecture israéliens du Technion, de la Bezalel Academy of Art and Design et de l’université de Tel Aviv, ainsi que d’institutions internationales. Les participants devaient concevoir des projets de 2,5 étages qui seraient construits sur l’un des cinq bâtiments classés sélectionnés dans la rue Bialik, le boulevard Rothschild et la rue Ahad Ha’am à Tel Aviv, ainsi que dans les rues Ruhama et Nehama à Jaffa.

Les consignes données aux participants étaient de proposer des idées respectant le passé moderniste, intelligentes sur le plan environnemental et susceptibles de contribuer au maintien d’une population diversifiée.

L’ingénieur municipal de Tel Aviv-Jaffa, Udi Carmely, juge du concours, a déclaré au Times of Israel que « la plupart des conflits auxquels nous sommes confrontés au quotidien portent sur ce qui est bon ou mauvais pour l’avenir de la ville. Il y a une tension constante entre le développement et la conservation ».

La ville blanche de Tel-Aviv est un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, classé en 2003 et décrit comme résumant « les idées novatrices en matière d’urbanisme de la première partie du 20e siècle » dans sa « représentation de certaines des tendances les plus significatives du mouvement moderne en architecture, tel qu’il s’est développé en Europe ».

La vue du photographe Barak Brinker sur la beauté du Bauhaus de Tel Aviv depuis la place Bialik (Crédit : Autorisation Barak Brinker)

Si un classement au patrimoine mondial de l’UNESCO peut favoriser le tourisme et les investissements dans un lieu, il comporte également une contrainte quant à son développement, les urbanistes devant conserver les sites classés tout en se souciant du développement de l’environnement urbain.

Dimanche, un jury composé d’architectes internationaux et de représentants de la municipalité a annoncé les lauréats du concours dans deux filières – architecte et étudiant – dont les concepts combinaient construction en hauteur, durabilité, cohabitation et espaces publics partagés.

Le premier prix de la catégorie « architecture » a été partagé entre une équipe de Corée du Sud et un architecte allemand.

Le projet coréen consistait en une structure en bois qui semblait flotter au-dessus du bâtiment original de la rue Ruhama à Jaffa. La structure comprenait une zone tampon – un étage ouvert pour l’espace communautaire afin d’encourager les gens à se mélanger, qui faisait également office de canal de ventilation à travers toute la structure. La seconde ‘peau’ en bois de l’extension a été conçue pour apporter de l’air frais et une protection contre le soleil. Les étages supérieurs comprenaient un espace de vie partagé constitué de cuisines et de salons pouvant être utilisés par plusieurs appartements privés, réduisant ainsi la taille et les coûts des appartements individuels. Le projet prévoyait un espace public à côté des unités résidentielles et des zones communes. La structure était modulaire pour faciliter l’assemblage et utilisait également des matériaux plus légers pour limiter l’impact sur le bâtiment en dessous.

TIMES OF ISRAEL. COPYRIGHTS.

Partager :