Partager :

Le trafic aérien représente à l’heure actuelle environ 5 % des émissions de gaz à effet de serre. Cette pollution est émise par la combustion directe du kérosène (CO2) mais également par les trainées blanches de condensation que les avions laissent derrière eux.

Et selon les prévisions de l’IATA, l’Association du Transport Aérien International, cela ne devrait pas s’améliorer… Ils prévoient en effet que le trafic aérien doublera d’ici 2037, doublant par conséquent les émissions de gaz polluants.

Même si l’on tenait compte de l’amélioration des carburants, cela représenterait une hausse de 18% des émissions polluantes sur les 15 années à venir, sauf si les avions venaient à voler grâce à de l’huile de friture ! Etrange ? Non, réel, un Airbus a pu voler grâce à cet agro-carburant, il y a quelques jours seulement !

Un Airbus chargé d’huile de friture

Le 25 mars dernier, un Airbus A380 a pu effectuer un vol de 3 heures avec un réservoir d’huile de friture… Décollage, vol et atterrissage réussis ! Un véritable exploit pour l’aéronautique, mais aussi un grand espoir pour la planète ! Voler à l’huile de friture n’est peut-être cependant pas le terme exact… Le biocarburant à été fabriqué à partir d’esters et d’acides gras qui proviennent d’huiles de friture récupérées, filtrées, et probablement améliorées.

Ce biocarburant aurait comme un “double effet Kiss Cool”: permettre de trouver un carburant naturel, à base de matières recyclées, mais également réduire les émissions de CO2 de 80% ! De plus, ces huiles inutilisées pourraient donc être recyclées en carburant… Il va falloir en manger des frites et des fish & chips pour remplir tous ces réservoirs !

/www.neozone.org

Partager :