Partager :

Israël a renoncé dimanche à une introduction en bourse à Tel Aviv de son service postal en difficulté financière, préférant mettre en vente la totalité d’Israel Post Co à un investisseur privé d’ici 2023.

Le ministre des Communications, Yoaz Hendel, a déclaré que l’agence de privatisation israélienne s’efforcera de conclure la vente dans un délai de 16 mois.

« Le respect du calendrier et l’arrivée d’un investisseur privé orienté vers les affaires permettront à l’entreprise d’être gérée efficacement, d’améliorer les services postaux pour le public israélien et de l’adapter à l’époque actuelle », a déclaré M. Hendel dans un communiqué.

En avril, M. Hendel – le régulateur israélien des télécommunications – avait déclaré que l’État avait l’intention de vendre 40 % d’Israël Post dans le cadre d’une offre d’actions à Tel Aviv d’ici la fin de 2022 et de supprimer 1 600 emplois, dans le cadre d’un plan visant à sauver le service de la faillite.

Les 60 % restants devaient être vendus à un investisseur stratégique à la mi-2023.

Il y a un mois, le conseil d’administration d’Israel Post a approuvé un plan d’austérité et de redressement prévoyant la réduction des charges salariales, le passage aux services numériques, la fermeture d’agences et l’ouverture de centaines de centres de distribution, ainsi que le transfert d’une part importante de ses actifs à l’État.

Après des années de mauvais résultats, la poste israélienne a procédé à une réorganisation majeure, notamment en modifiant son réseau de centres de distribution et en réduisant ses effectifs.

Néanmoins, l’entreprise a affiché une perte d’exploitation cumulée de 1 milliard de shekels (290 millions de dollars) entre 2016 et 2021, car le marché a changé et les clients utilisent moins la poste.

Tant que l’État restera aux commandes, il devra continuer à injecter des centaines de millions de shekels tous les quelques années, a déclaré M. Hendel.

Source : Enews & Israël Valley

 

Partager :