Partager :
La milliardaire Lily Safra, veuve du banquier Edmond Safra, est décédée, a annoncé la fondation Edmond J. Safra, dont elle était présidente.
Dans le domaine de la recherche médicale, Edmond Safra était un donateur significatif de l’Institut Weizmann en Israël, de l’association française de lutte contre la myopathie, de la recherche sur l’épilepsie et pour les artistes engagés contre le Sida en France, aussi de la Fondation Michael J. Fox pour la recherche sur la maladie de Parkinson aux États-Unis, ainsi que de nombreux centres étudiant des maladies spécifiques dans le monde entier. Il a créé la Chaire Edmond et Lily Safra dans la recherche contre le cancer du sein à l’Université de Tulane en Louisiane.
«Pendant plus de vingt ans, Mme Safra a fidèlement soutenu l’héritage philanthropique de son mari Edmond, apportant son soutien à des centaines d’organisations à travers le monde», a rendu hommage la fondation.  Ses funérailles auront lieu le 11 juillet à Genève, en Suisse.
La Fondation Edmond J. Safra a construit 21 synagogues dans des villes à travers Israël à la mémoire de M. Safra, chacune étant un projet de collaboration avec la communauté locale.
Tous abritent des congrégations actives : en plus des services de prière réguliers, ils organisent des activités quotidiennes et hebdomadaires, y compris des groupes d’étude et de prière avancés, des cours de religion à tous les niveaux, des activités pour les enfants et les jeunes, ainsi que des événements religieux et culturels.

LE PLUS. Edmond J. Safra, né le à Aley au Liban et mort le à Monaco, est un banquier et philanthrope juif d’origine syrienne naturalisé brésilien et monégasque.

Edmond Safra naît au Liban, dans une bourgade à 17 km de la capitale Beyrouth, dans une riche famille de banquiers juifs originaires d’Alep en Syrie, qui finançaient jadis les caravanes de chameaux. Son père, Yaakov Safra, est considéré comme le fondateur de la famille de banquiers Safra en s’étant engagé avec succès dans la finance au début du XXe siècle à son arrivée au Liban (ouverture de Safra GA Bank en 1920 à Beyrouth), son entreprise s’étendant sur son pays d’accueil, la Syrie ottomane, la Turquie et l’Égypte.

Edmond est engagé à 16 ans dans la banque de son père et s’occupe du département des métaux précieux.

Partager :