Partager :

La ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked a critiqué dimanche la décision de la Cour suprême qui a annulé la limite qu’elle avait imposée pour l’entrée des réfugiés ukrainiens non juifs, fixée à 5.000. Elle a convoqué une réunion de la commission des Affaires intérieures de la Knesset sur la question.

Ayelet Shaked a soutenu que sa politique avait « fait ses preuves », permettant aux proches d’Israéliens d’arriver et de travailler, tout en « empêchant un afflux sans précédent [de réfugiés] ».

« Ces dernières semaines, grâce à ce système, les Ukrainiens sont plus nombreux à quitter le pays qu’à y arriver », a-t-elle ajouté.

« Malheureusement, la Cour suprême a décidé, en pratiquant un activisme judiciaire extraordinaire, que ce système serait stoppé s’il n’est pas discuté à la Knesset », a-t-elle ajouté.

« Il est clair que nous ne pouvons pas autoriser l’entrée illimitée de citoyens étrangers, alors que nous ne savons pas si, ni quand ils partiront », a-t-elle souligné, ajoutant qu’elle avait convoqué une réunion de la commission pour discuter des règlements en la matière.

Le chiffre de 5.000 n’incluait pas les ressortissants ayant des liens familiaux avec des Israéliens et ceux étant éligibles à l’immigration en vertu de la loi du retour, qui accorde la citoyenneté aux Juifs ou à ceux qui ont un parent ou un grand-parent juif.

A l’époque, l’État avait fait valoir que ce plafond avait été fixé en vertu des lois d’urgence d’Israël, craignant que de nombreux réfugiés s’établissent dans le pays pour de nombreuses années.

La présidente de la Cour suprême Esther Hayut ainsi que les juges Uzi Vogelman et Yitzhak Amit ont réfuté cet argument, soulignant que 4.409 Ukrainiens ayant obtenu l’autorisation d’entrée de territoire avaient déjà quitté Israël.

De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué la décision de la Cour suprême de lever la limitation du nombre de réfugiés autorisés à entrer dans le pays.

i24News.

Partager :