Partager :
Israël est noté comme l’un des pires pays en matière… d’ embouteillages. Mais l’ intelligence artificielle et ses algorithmes pourraient aider à contrer le phénomène et aider à améliorer le quotidien des habitants, d’après une entreprise de la high-tech israélienne.

Ce secteur s’intéresse de plus en plus à l’industrie automobile et un salon sur la mobilité intelligente baptisé « EcoMotion », qui promeut des transports plus efficients et plus verts, s’est tenu récemment à Tel-Aviv. Parmi les entreprises présentes figure ITC (Intelligent traffic control), qui développe un logiciel capable de récolter des données en temps réel à partir de caméras de surveillance le long des routes et de manipuler les feux de signalisation en fonction des flux de circulation.

Une baisse de 30 % des engorgements

« ITC est parvenue à prouver mathématiquement que de nombreux embouteillages peuvent être empêchés, si on intervient assez tôt », explique Dvir Kenig, en charge des technologies de cette entreprise, citant une baisse de 30 % de l’engorgement sur deux carrefours où le système a été mis en place.

L’entreprise affirme ainsi vouloir répondre à un fléau qui affecte le monde entier, estimant qu’un automobiliste moyen reste bloqué trois jours par an dans des bouchons, qui sont source majeure d’émissions de gaz à effet de serre.

Un acteur important du secteur automobile

Juguler la circulation est un enjeu particulièrement important en Israël, où « les infrastructures de transport sont sérieusement insuffisantes par rapport à la plupart des autres pays » développés, a indiqué l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) dans un rapport publié en 2021.

Selon Meir Arnon, fondateur du salon « EcoMotion », l’intérêt mondial grandissant pour la mobilité intelligente a permis à Israël de devenir un acteur du secteur automobile, alors que le pays n’en fabrique pas. « Les voitures ont changé », a-t-il dit à l’AFP. « Auparavant, elles étaient composées de métal, de roues et d’une radio, mais aujourd’hui ces choses-là ne comptent plus. » « Ce qui différencie les fabricants de voitures de nos jours est l’expérience au volant (…), la capacité du véhicule à s’adapter au conducteur », poursuit-il.

20minutes.fr
Partager :