Partager :

Lors d’Eurosatory à Paris, Israel Aerospace Industries a récemment dévoilé sa toute dernière technologie de système de détection passive des tirs (GDS), qu’elle a baptisée Othello-P.

Le système, qui peut être utilisé en place ou boulonné sur des véhicules habités ou des plates-formes sans pilote pour des opérations en mouvement, utilise des capteurs optiques et acoustiques à infrarouge à ondes courtes, ainsi qu’un traitement d’intelligence artificielle, pour localiser l’origine des coups de feu.

Selon IAI, la couverture à 360 degrés de l’Othello-P permet de  » boucler très rapidement la boucle entre le capteur et le tireur « , assurant ainsi la protection et la neutralisation des menaces dans la zone. (Un seul système peut couvrir 180 degrés à la fois, mais deux peuvent être utilisés en tandem pour une couverture de 360 degrés).

« Ce système unique détecte l’éclair, l’explosion et l’onde de choc du projectile », a déclaré mercredi aux journalistes Asher Abish, directeur du marketing pour la division terrestre d’ELTA Systems, une filiale d’IAI.

IAI affirme que le système peut fonctionner dans les zones urbaines, où le bruit habituel a posé des problèmes aux systèmes GDS précédents. « Nous avons résolu ce problème », a déclaré M. Abish.

Il a précisé que le système est capable de détecter un tir d’AK-47 à une distance de 400 mètres de jour et à des distances plus longues de nuit. Un tir de RPG, a-t-il dit, peut être détecté à partir de 2 km. IAI affirme qu’en plus de l’avertissement donné aux combattants sur le champ de bataille, les données peuvent être transférées à des échelons supérieurs de commandement, de sorte qu’en cas de sources de feu multiples, celles-ci peuvent être ciblées dans les frappes.

Le colonel Itzik Ronen, ancien commandant d’une division blindée de Tsahal, a déclaré qu’un tel système est crucial dans la situation actuelle du champ de bataille.

« La plupart des combats se déroulent aujourd’hui dans des zones urbaines, avec des sources de feu qui, dans la plupart des cas, sont cachées, surtout pour les équipages de chars et de véhicules blindés », a-t-il déclaré. « Autre facteur : le feu de l’ennemi provient aujourd’hui non seulement d’un angle de 360 degrés au sol, mais aussi de l’air et du sous-sol. À tout cela, il faut ajouter le fait que dans le combat multidimensionnel, de nombreux et différents types de forces travaillent ensemble et qu’une image claire de l’emplacement des sources de feu de l’ennemi peut contribuer au succès de la mission. »

Source : BreakingDefense & Israël Valley

Partager :