Partager :

Longtemps, LVMH a soutenu que seuls les diamants naturels étaient du domaine du luxe. Mais aujourd’hui, la barrière est franchie : LVMH Luxury Ventures, ainsi que d’autres investisseurs, ont bouclé un tour de table de 90 millions de dollars dans la société israélienne Lusix, pionnière dans le secteur des diamants produits en laboratoire.

Lusix rejoint MadHappy, Gabriella Hearst, Versed et Stadium Goods dans le portefeuille de LVMH Luxury Venture. Ses priorités d’investissement sont claires : rechercher des marques à l’avant-garde des tendances émergentes et de l’innovation sur le marché du luxe. Plus précisément, elle investit dans « des marques de luxe emblématiques, reconnues pour leur caractère distinctif et la qualité de leurs produits et services, avec un potentiel de croissance significatif. »

Lusix correspond à ce profil. Il s’agit du premier producteur de diamants 100% solaire de l’industrie du LGD, dont les pierres sont vendues sous la marque « Sun Grown Diamond ». Elle peut cultiver des pierres brutes claires ou de couleur personnalisée dans ses réacteurs à grande échelle et elle est l’un des principaux producteurs de diamants de qualité supérieure du secteur.

« L’investissement de LVMH dans l’espace de laboratoire est une déclaration selon laquelle les pierres cultivées en laboratoire sont en train d’entrer dans le monde du luxe de manière importante », a partagé Marty Hurwitz, fondateur de The MVEye, une société de recherche spécialisée dans le marché des bijoux.

« À l’heure actuelle, la demande de diamants produits en laboratoire explose et la seule chose qui la freine est l’offre. L’investissement de LVMH dans Lusix lui donnera un accès sécurisé à une offre de qualité supérieure », a-t-il poursuivi.

L’avantage technologique de Lusix l’a rendu particulièrement intéressant pour LVMH.

Landa a déclaré : « Nous sommes ravis et fiers d’accueillir des investisseurs aussi prestigieux, notamment LVMH Luxury Ventures, qui nous apportent leur soutien financier et leurs précieuses connaissances du secteur. Leur aide contribuera grandement au succès de notre entreprise, tandis que les implications de cet investissement, tant pour LUSIX que pour le segment des diamants de laboratoire, sont profondes – et tellement excitantes ! »

Il s’agit sans aucun doute d’une nouvelle passionnante pour l’ensemble de l’industrie du diamant de laboratoire, qui est estimée aujourd’hui à un peu moins de 6 milliards de dollars et qui, avant cette annonce, devait doubler de taille d’ici 2025.

Frédéric Arnault, le fils de Bernard Arnault, PDG de LVMH, âgé de 27 ans et responsable de la marque Tag Heuer, a dit « Il ne s’agit pas de remplacer les diamants traditionnels par des diamants cultivés en laboratoire », a-t-il partagé avec Vogue Business. « Nous utilisons ce qui est différent et inhérent à cette technologie, ce qui nous permet de nouvelles formes et textures. »

Frédéric comprend ce que veulent les consommateurs de luxe de la prochaine génération, à savoir avoir le choix entre les diamants naturels, avec les défis environnementaux que cela implique, et les diamants cultivés en laboratoire, qui sont renouvelables et peuvent être produits sans le prix élevé de l’environnement.

De plus, les consommateurs peuvent obtenir une pierre plus grosse et souvent de meilleure qualité à un prix inférieur. C’est le genre de choix que tout le monde souhaite avoir.

Source : Forbes & Israël Valley

 

Partager :