Partager :

De plus en plus de grands chefs israéliens ouvrent des restaurants cachers. Si jusqu’à maintenant, ces grands noms de la gastronomie en Israël n’ouvraient que des établissements qui ne respectaient pas les règles de la cacherout, ils ont décidé, ces derniers temps de s’ouvrir au public traditionnaliste.

Ainsi, des chefs comme Assaf Granit, Eyal Shani ou Haïm Cohen, ouvrent progressivement des tables cachers sous la surveillance du Grand Rabbinat d’Israël et le font avec beaucoup de convictions. Ainsi, Haïm Cohen a annoncé qu’il ouvrirait prochainement un restaurant cacher à Bné Brak, Assaf Granit a transformé un de ses établissements à Jérusalem en cacher.

Interrogé par Ynet, en novembre dernier, le Chef Assaf Granit avait expliqué que la transition s’était faite tranquillement :  »Cela se résume à des petites choses, au niveau culinaire, cela n’a pas beaucoup de conséquences. De toute façon, la nourriture que nous servons tourne essentiellement autour des légumes et de l’huile d’olive et la plupart de nos produits étaient déjà cachers.

Je n’ai pas l’impression de cuisiner une main dans le dos parce que je dois servir de la nourriture cacher. Nous avons souvent des clients qui ont des restrictions alimentaires – l’un est végétarien, l’autre ne mange pas de gluten, le troisième n’aime pas tel produit – donc en tant que Chef, je suis sans arrêt dans la recherche de solutions pour modifier mes plats. L’intelligence consiste à être assez créatif pour le faire comme il faut ».

Ces chefs ont apparemment décidé d’être à l’écoute des 70% des Israéliens qui déclarent manger cacher et ont ainsi ouvert leur restaurant à un public beaucoup plus large.

Pour l’heure, ce phénomène n’existe qu’en Israël, les établissements de ces grands chefs qui se situent à l’étranger demeurent non cachers, comme celui du chef Assaf Granit à Paris qui a obtenu une étoile au guide Michelin.

LPH .

Partager :