Partager :

Après avoir créé un réseau de plus de 1 000 femmes ultra-orthodoxes dans le secteur de la technologie, Rivka Zafrir vient de lancer le tout premier programme d’accélération en Israël pour les femmes entrepreneurs haredi.

Bien qu’il existe plusieurs accélérateurs technologiques pour les Haredim en Israël, ils sont construits par des hommes et largement peuplés par eux, a déclaré Zafrir. Les femmes entrepreneurs ultra-orthodoxes ne se sentiront pas nécessairement à l’aise pour s’engager dans ces programmes, a-t-elle affirmé.

Mme Zafrir, 32 ans, une femme ultra-orthodoxe vivant dans la ville de Bnei Brak, à l’est de Tel Aviv, a commencé son parcours professionnel en tant qu’informaticienne mais elle a eu du mal à trouver un emploi car elle était femme, haredi, dans des entreprises dominées par des hommes. Forte de ses expériences, Mme Zafrir a créé une communauté de femmes ultra-orthodoxes dans le domaine de la technologie. Elle a rapidement trouvé une foule de femmes orthodoxes de plus de 30 ans qui, après avoir élevé leurs enfants, cherchaient à renforcer leur carrière et à suivre une voie entrepreneuriale.

Si le secteur de la haute technologie est responsable de plus de la moitié des exportations du pays et emploie plus de 10 % de sa main-d’œuvre, selon le ministère, les communautés ultra-orthodoxe et arabe sont restées ostensiblement sous-représentées dans ce secteur. Alors que les Haredim représentent environ 12 % de la population israélienne, ils ne comptent que pour 3 % des employés du secteur de la haute technologie. En 2021, le nombre de Haredim dans le secteur de la haute technologie a chuté de six pour cent, car 1 200 femmes de la communauté ont quitté l’industrie tandis que 500 hommes Haredi l’ont rejointe, selon l’IAA.

Le gouvernement israélien a fixé le mois dernier l’objectif d’intégrer 2 800 Haredim dans l’industrie d’ici à la fin de 2023.

En s’associant avec l’entrepreneuse Avital Beck, Zafrir a fondé Nera Ventures pour desservir un marché largement inexploité d’environ un million de femmes entrepreneurs haredi dans le monde. Moins de 7 % des entrepreneurs de haute technologie en Israël sont des femmes, et seule une infime partie d’entre elles – 0,1 % – sont orthodoxes, selon Nera. Globalement, moins de 10 % des start-ups sont dirigées par des femmes, et moins de 1 % sont dirigées par des femmes orthodoxes et ultra-orthodoxes.

Le programme d’accélération de trois mois de Nera est conçu pour les femmes orthodoxes âgées de 30 à 35 ans, qui ont déjà une famille de cinq enfants en moyenne, ainsi qu’une idée ou une solution qu’elles souhaitent transformer en entreprise technologique. Il vise à fournir à ces entrepreneurs les outils nécessaires pour lever des fonds pour leurs startups.

« Nous voulons combler le fossé socio-économique entre le secteur ultra-orthodoxe et les autres secteurs en Israël », a déclaré M. Zafrir. « Il existe également un fossé culturel entre nous et les autres secteurs en Israël, et nous devons combler ce fossé car c’est un point douloureux dans l’industrie. »

Nera espère mener le programme à but non lucratif deux fois par an, avec un total de 10 femmes entrepreneurs haredi. Les participantes auront des rencontres en face à face pendant une journée entière une fois par semaine, y compris des conférences et des sessions de suivi guidées par des mentors et des experts qui sont déjà passés par le processus de création d’une entreprise technologique.

Lors de l’événement de lancement du programme, qui était parrainé par Google pour Startups Israël, 20 femmes ultra-orthodoxes ont partagé leurs idées dans des domaines tels que la santé, l’éducation, le traitement de l’image, la mode et la décoration intérieure.

Si Mme Zafrir et son équipe n’ont pas encore fixé de date pour le premier tour de table du programme d’accélération, elles espèrent le lancer avant septembre.

Zafrir et son équipe ont déjà amené un fonds de capital-risque à bord qui fournira un espace pour le programme. Ils ont également établi des contacts avec l’un des plus grands cabinets d’avocats d’Israël, qui soutiendra les aspects juridiques du programme à titre gracieux, a-t-elle ajouté.

« Nous espérons que ce programme se développera et que de plus en plus de femmes pourront y participer », a déclaré Mme Zafrir. « L’idée est également de s’internationaliser et d’aider les femmes du monde entier, d’Europe et des États-Unis, et d’avoir un programme pour chaque pays, éventuellement dans un format en ligne.

Source : Algemeiner & Israël Valley

Partager :