Partager :

Le ministre des Finances Avigdor Lieberman a déclaré lundi qu’il n’y avait « aucune raison de financer les instituts haredi (ultra-orthodoxes) qui enseignent l’oisiveté », lors d’une réunion de son parti Israël Beiteinou.

M. Lieberman a affirmé que les institutions qui refusent d’enseigner les matières essentielles telles que l’anglais et les mathématiques peuvent « le faire à leurs frais mais pas à ceux des contribuables. »

« Ils sont assis là dans les kollelim [ lieu où le Talmud est enseigné], ils viennent le matin, mangent un sandwich, boivent un café et parlent de politique, parcourent quelques livres et rentrent chez eux. Les études de l’oisiveté ne sont pas des études saintes », a-t-il estimé.

Selon Channel 12, M. Lieberman, ennemi de longue date des partis haredi et qui ne cache pas sa volonté de provoquer des changements au sein de cette communauté, prévoit une série de mesures dans l’éventualité où le gouvernement ne parviendrait pas à faire adopter le budget de l’État pour 2023 avant le déclenchement de nouvelles élections.

La chaîne rapporte que M. Lieberman cherche à promouvoir trois nouvelles mesures : la réduction d’un tiers du budget alloué aux études en yeshiva, qui passerait de 1,2 milliard de shekels (335 millions d’euros) à 800 millions de shekels (224 millions d’euros), le financement du système scolaire privé ultra-orthodoxe à 75 % au lieu de 100 %, et l’allocation d’avantages tels que les subventions pour la garde d’enfants, l’aide au loyer et les réductions de la taxe foncière uniquement à ceux qui gagnent un certain revenu, ce qui exclurait les personnes qui étudient la Torah à plein temps.

Le parti d’opposition Sionisme religieux a réagi aux révélations de Channel 12, qualifiant les objectifs supposés de M. Lieberman de « racistes ».

i24News.

Partager :