Partager :

Une grève de 24 heures a été déclenchée par l’Association médicale israélienne (IMA) jeudi dernier en réponse à des incidents violents au centre médical universitaire Hadassah sur le mont Scopus de Jérusalem et au centre médical de Galilée à Nahariyah.

Pendant toute la durée de la grève, les hôpitaux publics à travers Israël ont fonctionné en « mode Shabbat », ce qui signifie qu’ils n’ont effectué aucune chirurgie élective non urgente.

Outre les hôpitaux, les quatre caisses primaires de santé du pays (Clalit, Maccabi, Meuhedet et Leumit) ont participé également à la grève, fermant leurs cliniques communautaires à l’exception des cas urgents.

Une déclaration publiée par Maccabi a condamné la violence à laquelle le personnel médical a été confronté ces derniers jours et a souligné qu’ils ont « une tolérance zéro pour la violence de toute nature ».

Les revendications formulées par l’IMA avant la grève comprenaient la présence policière dans les salles d’urgence, l’augmentation et l’amélioration des systèmes de sécurité dans les hôpitaux et les cliniques médicales, et la modification de la législation afin qu’attaquer un membre du personnel médical soit traité de la même manière qu’attaquer un policier en uniforme.

La grève a été mise en œuvre à la suite de deux incidents violents dans les hôpitaux plus tôt dans la semaine, un homme dans la vingtaine ayant été arrêté au centre médical universitaire Hadassah pour avoir attaqué le personnel et détruit des biens hospitaliers lundi, et des membres de la famille d’une victime décédée d’un accident de moto tentant de pénétrer par effraction dans le centre de traumatologie du centre médical Galilée mercredi soir.

Gabriel Attal

Radio J.

Partager :