Partager :

La coalition se trouve depuis hier en minorité avec 59 élus contre 61, sur un total de 120 députés au Parlement israélien (Knesset). Selon Asaf Shapira de l’Institut démocratique d’Israël, il est peu probable toutefois que 61 députés forment un gouvernement alternatif. L’autre «vraie option» est que la Knesset se dissolve entrainant des élections anticipées.

La députée de gauche (Meretz), Ghaida Rinawie Zoabi a annoncé ce jeudi qu’elle démissionnerait de la coalition. l’élue a écrit une lettre au ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid (Yesh Atid) cet après-midi, l’informant qu’elle prévoyait de quitter la coalition et qu’elle ne serait pas consul général à Shanghai.

« Je suis entré en politique parce que je me voyais comme un émissaire de la société arabe, que je représente », a écrit Rinawie Zoabi.

« Malheureusement, au cours des derniers mois, pour des raisons politiques étroites, les chefs de la coalition ont préféré renforcer leur côté droit. Encore et encore, les chefs de la coalition ont préféré prendre des mesures de droite bellicistes dures sur des questions clés liées à la société arabe. «

Avec le départ de Zoabi de la coalition, le gouvernement Bennett n’aura plus que 59 sièges à la Knesset, donnant à l’opposition une majorité absolue. Le Meretz a accepté la démission de Zoabi mais a exigé qu’elle démissionne de la Knesset.

Le député Dr. Shlomo Karhi (Likoud) a félicité Zoabi pour sa décision de quitter la coalition. « Il y a des antisionistes comme Zoabi qui, même lorsqu’ils ont un gouvernement totalement antisioniste comme celui-ci, trouvent toujours cela difficile », a-t-il déclaré. « Et la vérité est qu’elle a raison. C’est un gouvernement qui n’a aucune valeur. Ils ont vendu tout et tout le monde, de la droite à la gauche, uniquement pour gagner du pouvoir et du prestige. »

Gabriel Attal

Partager :