Partager :

Au cours du mois dernier, Bar-Ilan a reçu 50 demandes d’étudiants et de chercheurs ukrainiens souhaitant être admis à l’Université. Treize d’entre eux ont déjà été intégrés et d’autres devraient arriver prochainement. L’université a levé environ 1 million de shekels pour intégrer les chercheurs et étudiants ukrainiens. Fuyant la guerre dans leur pays d’origine, les meilleurs génies mathématiques adolescents d’Ukraine ont atterri en Israël, et les lycéens commencent à présent un programme spécialement créé à l’école internationale de l’Université Bar-Ilan.

Lorsque la guerre a éclaté, les jeunes, membres de l’équipe de mathématiques du championnat du monde d’Ukraine, ont vu leur vie et leurs études plongées dans le chaos. Les entraîneurs de l’équipe israélienne ont entendu parler du sort de leurs compétiteurs et se sont arrangés pour qu’ils déménagent et étudient à l’Université Bar-Ilan près de Tel-Aviv dans un cadre sécurisé.

« Tous mes projets universitaires ont été interrompus à cause de la guerre, mais désormais je commence des études à 16 ans en Israël », a déclaré Boris Holikov de Dnipro, la quatrième plus grande ville d’Ukraine. « J’ai saisi l’opportunité tout de suite, je sais que je ne le regretterai pas ». Au cours des dernières semaines, l’école internationale Bar-Ilan, dirigée par le directeur exécutif Ofer Dahan, a organisé les visas et le logement, et a préparé un programme académique interdisciplinaire adapté aux besoins des étudiants.

« C’est déchirant que ces jeunes aient besoin de quitter leur maison pour continuer une vie normale, mais nous étions déterminés à leur donner cette chance », a déclaré le Pr Arie Zaban, président de l’Université Bar-Ilan. « En quelques semaines seulement, nous avons élaboré un programme qui prendrait normalement des mois de planification. Mais les temps extrêmes exigent des efforts extrêmes », a ajouté le président de Bar-Ilan, Zohar Yinon.

« D’ici octobre, les jeunes suivront des cours de mathématiques, d’informatique et de physique, et apprendront également l’hébreu. Ils recevront des crédits universitaires et certains étudiants devraient passer au baccalauréat en octobre ». Certains entrent dans l’adolescence et quittent leur foyer pour la première fois. « Ma mère m’a emmené jusqu’en Pologne mais ensuite j’ai dû lui dire au revoir », a déclaré Leonid Diachenko, 14 ans, de Kiev. « C’était vraiment difficile car je ne sais pas quand je la reverrai. Cela pourrait être long et je pense beaucoup à la sécurité de toute ma famille, mais je dois vivre avec ça ».

Il a ajouté : « Je suis ravi d’être ici en Israël. Je fais exactement ce que je voulais, malgré la guerre qui perturbe les rêves de tant de gens de notre pays. Parmi les contributeurs notables au projet figurent Google et StarkWare, l’une des plus grandes entreprises au monde créant des technologies pour généraliser la blockchain ». Le Dr Dan Carmon, l’un des ingénieurs de StarkWare, est entraîneur de l’équipe de mathématiques des jeunes israéliens. Lorsqu’il a proposé à StarkWare de contribuer au financement nécessaire pour lancer l’effort humanitaire, la société a immédiatement accepté.

« C’est très important pour moi car je connais les entraîneurs ukrainiens de compétitions et mes collègues s’identifient fortement à l’équipe. Les nombres sont un langage international, et à chaque concours, nous voyons des maths rassembler des enfants de partout », a déclaré Dan Carmon. « Nous avons été effarés du sort de l’équipe ukrainienne, et ce lien nous a déterminés à agir. C’est un privilège d’aider à les mettre en sécurité », a-t-il ajouté.

Le Pr Avinatan Hassidim, du département d’informatique de Bar-Ilan et chef du groupe de recherche Google en Israël, a déclaré : « Nos pensées vont au peuple ukrainien. Google travaille à différents niveaux pour aider le peuple ukrainien pendant cette crise. L’opportunité créée ici pour aider les jeunes mathématiciens ukrainiens est touchante et humaine ».

Les adolescents, en Israël pour la première fois, résident dans la cité universitaire de Bar-Ilan.

Traduit et adapté par Esther Amar pour Israël Science Info

Partager :