Partager :

Soixante-dix professeurs affiliés à Harvard ont condamné le journal étudiant de l’université pour avoir soutenu il y a dix jours, le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), un geste qui a déclenché une vive controverse et a été considéré comme un symbole puissant de l’évolution du sentiment général sur le campus sur la question d’Israël.

Un rédacteur en chef du journal, le Harvard Crimson, et au moins huit anciens membres du personnel ont également condamné le soutien apporté par le comité éditorial au mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) le 29 avril.

La déclaration de la faculté publiée lundi a été signée par d’éminents universitaires, dont Steven Pinkner, Ruth Wisse, Jesse Fried, Gabriella Blum et Lawrence Summers, qui est également un ancien président de l’université et a été secrétaire au Trésor américain sous l’ancien président Bill Clinton.

« En tant que membres de la faculté de l’université de Harvard, nous sommes consternés par le soutien enthousiaste du comité de rédaction du Crimson au mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël », indique la déclaration.

« En cherchant à délégitimer Israël par l’isolement diplomatique, économique, académique et culturel, et en s’opposant aux notions mêmes de peuple juif et d’autodétermination, le BDS est irrespectueux des Juifs, dont la grande majorité considère l’attachement à Israël comme un élément central de leur identité religieuse », a ajouté la faculté.

Times of Israel.

Partager :