Partager :

Les universités israéliennes interviennent pour absorber les étudiants ukrainiens dont les études ont été interrompues par la guerre en cours. La grande majorité sont des femmes; la plupart des hommes ukrainiens âgés de 18 à 60 ans sont obligés de rester chez eux pour être appelés au service militaire si nécessaire. Dix-neuf étudiants et chercheurs poursuivent leurs travaux à l’Université Ben Gourion du Néguev dans la ville méridionale de Beer Sheva.

« J’ai été forcée de quitter l’Ukraine parce que j’avais très peur pour ma vie », a affirmé Viktoria Taranik, qui a exprimé sa gratitude à l’université pour l’avoir accueillie. « Ma mère travaille sous contrat comme garde-frontière à la frontière avec la Pologne et elle ne peut plus quitter le pays en raison de la situation militaire difficile », a-t-elle indiqué.

« Mes grands-parents vivent dans la région de Donetsk [dans l’est de l’Ukraine], une région où les combats se poursuivent depuis 2014. Je suis très inquiète pour ma mère et mes grands-parents », a-t-elle précisé. L’Université de Tel Aviv, qui a créé début mars un fonds de bourses d’urgence pour les étudiants diplômés ukrainiens, a accueilli sept étudiants diplômés ukrainiens, toutes des femmes.

Originaires de différentes villes ukrainiennes, ils poursuivent leurs études en droit, médecine, psychologie, musique et linguistique. « J’ai réussi à parler à ma famille hier, mais aujourd’hui, la connexion a été coupée et je n’ai pas pu les joindre », a expliqué Alisa, étudiante diplômée en droit, qui étudie la gestion de crise à TAU. Elle vient d’une petite ville près de Marioupol, dans l’est de l’Ukraine, une région qui a subi les combats et les destructions les plus violents.

Gabriel Attal (Radio J).

Partager :