Partager :

Les exportations de défense israéliennes ont atteint pour la première fois des chiffres à deux chiffres, atteignant une augmentation de 55% en deux ans.  » La demande de produits de défense israéliens a atteint 11,5 milliards de dollars US l’année dernière ; cette forte croissance se manifeste notamment par une forte augmentation des transactions entre pays (G2G) « , a déclaré le chef du SIBAT, le général de brigade de réserve Yair Kulas.

Le taux des accords d’exportation G2G signés par le ministère de la Défense a plus que triplé pour atteindre 3,365 milliards de dollars en 2021, contre 911 millions de dollars en 2020. « Pour l’avenir, l’évolution des priorités mondiales et les partenariats tels que les accords d’Abraham créent une forte demande pour les systèmes technologiques de pointe d’Israël. » Le nombre de nouveaux accords signés en 2021 a augmenté de plus de 30 % par rapport à 2020, qui a été affecté par COVID19.  » Le pic des accords de défense en 2021 est avant tout un moyen de renforcer la sécurité de l’État d’Israël « . a déclaré le ministre de la Défense, Benny Gantz.

Ce record de ventes à l’exportation fait suite à deux années de baisse des exportations après avoir dépassé le record absolu de 9,4 milliards de dollars enregistré en 2017. Le directeur général du ministère de la Défense, le lieutenant-général (res) Amir Eshel, a défini la sécurité et l’exportation de défense comme l’un des axes centraux du ministère. Toute la coopération est menée dans le cadre des règlements de l’Agence de contrôle des exportations de défense (DECA) de l’IMOD et des conventions internationales pertinentes.

Les accords G2G sont souvent de plus grande envergure que les ventes signées par les entreprises elles-mêmes. En outre, les conditions négociées au niveau ministériel permettent aux deux parties de conclure des accords plus rapidement et à moindre coût que les processus d’appel d’offres.

Selon le rapport IMOD sur les exportations de produits de défense, la répartition des accords en fonction de leur portée financière montre cette tendance, les accords de plus de 100 millions de dollars se taillant la part du lion (38 %), entre 50 et 100 millions de dollars (18 %), entre 10 et 15 millions de dollars (22 %) et jusqu’à 10 millions de dollars (22 %). Selon les données d’IMOD, les entreprises de défense israéliennes ont reçu des commandes d’une valeur de plus de 700 millions de dollars des pays des « Accords d’Abraham », à savoir Abou Dhabi, Bahreïn, le Soudan et le Maroc. Les pays européens ont représenté la plus grande part des commandes d’une valeur de 4,6 milliards, l’Asie et le Pacifique – 3,84 milliards, et l’Amérique du Nord : 1,35 milliard. L’Afrique et l’Amérique latine ont généré un total de 670 millions de dollars.

La catégorie la plus importante est celle des missiles, des roquettes et des systèmes de défense antiaérienne, qui représente 20 % des commandes, tandis que la formation et les services de formation représentent 15 % du total. Les autres catégories importantes comprennent les systèmes de drones (9 %), les radars et les systèmes de guerre électronique (9 %), les aéronefs pilotés et l’avionique (9 %), l’observation et l’optronique (5 %), les stations d’armes et les lanceurs (7 %), les véhicules et les véhicules de transport de troupes (7 %), les systèmes C4I et de communication (6 %), les systèmes de renseignement, d’information et les cyber-systèmes (4 %), les munitions et l’armement (4 %), les services et autres (2 %).

Source : Defense Update & Israël Valley

Partager :