Partager :

Après le naufrage du Moskva, qui a profondément surpris les experts israéliens, les États-Unis ont validé une victoire majeure de l’Ukraine, révélatrice de failles navales de Moscou en mer Noire selon des experts.

La fin du Moskva résonne fortement en Israël, qui se croit invincible dans sa zone maritime, comme l’ont cru les militaires Russes.

En Israël la marine s’oblige à présent, et en urgence, à détecter les failles potentielles et les corriger. Le naufrage spectaculaire d’un navire de guerre dans les eaux israéliennes est la hantise de la marine israélienne.

En 2020, la 3ème Flottille de navires de la Marine israélienne – connue en hébreu sous l’acronyme satilim – a simulé une guerre avec un exercice maritime d’une semaine. L’exercice incluait des simulations d’attaques mortelles de missiles sur des navires israéliens, des tentatives d’attaques-suicides et des attaques de drones.

A SAVOIR. La marine israélienne dispose d’une unité de commando de marine, basée à Atlit, d’environ trois cents hommes. Cette unité, Shayetet 13 ou S-13, est l’équivalent des Special Boat Services britanniques. Elle est l’une des unités la plus décorées de l’armée israélienne. Son rôle couvre les opérations spéciales, maritimes ou autres, la lutte anti terroristes, et elle intervient lors de prise d’otages. Les nouvelles recrues font également un stage avec les Navy Seals américains. Tous les membres de cette unité sont formés à la guérilla, les raids maritimes, terrestres ou aériens, et sont tous brevetés parachutistes.

GUERRE EN UKRAINE – Les circonstances du naufrage du navire Moskva en mer Noire, décrit comme un lourd revers pour la Russie, commencent à s’éclaircir. Le Pentagone a validé, ce vendredi 15 avril, le scénario selon lequel le navire amiral a été frappé par des missiles ukrainiens, comme le revendiquait Kiev.

L’Ukraine assure avoir distrait la défense du Moskva à l’aide d’un drone de fabrication turque, ce qui lui aurait permis de frapper le navire, rapporte plusieurs médias, dont le Daily Mail. Cette affirmation n’a toutefois pas encore été confirmée.

“Nous estimons qu’ils l’ont touché avec deux [missiles] Neptune”, a indiqué vendredi à quelques journalistes un haut responsable du ministère américain de la Défense ayant requis l’anonymat. Ce qui dément la version de Moscou selon laquelle son navire lance-missiles long de 186 mètres a été “gravement endommagé” dans un incendie.

Le Moskva a ensuite sombré pendant son remorquage vers le port de Sébastopol, “dans des conditions de mer agitée”, a avancé le ministère russe de la Défense. Une version mise en doute sur Twitter par le général américain en retraite Mark Hertling, qui constatait vendredi matin “des vents de 6km/h et un peu de pluie ces 24 dernières heures dans la région de Sébastopol”.

Partager :