Partager :

IsraelValley était ce matin Rehov Dizengoff. Nous avons, comme des centaines d’israéliens, allumé une bougie du souvenir. Sur notre compte instagram « Israelvalleynews  » vous pouvez retrouver des dizaines de photos, libre de droits.

Des jeunes, des enfants, des personnes âgées se retrouvent ce samedi devant le lieu du drame Rehov Dizengoff. Pas de musique, ni de cris. Seulement des chuchotements. Les israéliens se recueillent ce matin devant un mémorial improvisé. Pas de larmes, mais beaucoup de tristesse. 

La rue Dizengoff est une rue importante du centre de Tel Aviv, du nom du premier maire de Tel Aviv, Meir Dizengoff. La rue va du coin de la rue Ibn Gabirol à son point le plus au sud à la zone portuaire de Tel Aviv à son point nord-ouest. Le drame au lieu à l’angle de la rue Jean-Jaurès qui donne sur Dizengoff.

Bizarrement le nom du café Ilka ne figure nul part. Deux policiers armés veillent. Une jeune fille, en pose Yoga, est assise au sol. Les caméras de télévision ont disparu. Une immense fatigue est là. Beaucoup de personnes n’arrivent plus à dormir.

LE PLUS. TIMES OF ISRAEL. Le terroriste âgé de 28 ans a tiré à l’arme à feu sur des personnes attablées au bar Ilka en plein coeur de Tel-Aviv, avant de prendre la fuite. Une vaste chasse à l’homme a permis de le retrouver et de l’éliminer près de 8h après l’attentat.

Ce vendredi. À côté d’une pancarte manuscrite indiquant « Le sang juif n’est pas bon marché » en hébreu, les passants se sont arrêtés vendredi matin pour allumer et placer des bougies commémoratives. La zone a été organisée et bouclée par des barricades bleues de la police, avec des fleurs déjà placées à l’endroit où quelques heures auparavant, de jeunes Tel-Aviviens se réunissaient pour fêter la fin de semaine.

Vers 21h jeudi soir, le terroriste palestinien Raad Hazem, un homme de 28 ans originaire de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, s’est approché du bar populaire de la rue Dizengoff à Tel Aviv et a ouvert le feu, touchant 15 personnes. La rue – bien connue pour sa vie nocturne et ses restaurants – a longtemps été la cible d’attaques, dont récemment une fusillade mortelle en 2016 contre le Simta Bar, également situé sur le trottoir et à seulement 200 mètres de l’Ilka.

 

Partager :