Partager :
Les ventes de vodka russes en Israël ont chuté brutalement ces dernières semaines alors que les bars et restaurants locaux se joignent à un effort mondial pour boycotter Moscou en signe de protestation contre son invasion de l’Ukraine.

Parmi les entreprises qui ont cessé de servir à ses clients la fameuse vodka russe, figure Vikings, un restaurant spécialisé dans la cuisine d’Europe de l’Est et opérant à Tel-Aviv depuis deux décennies.

« Je ne vends plus de vodka de fabrication russe, c’est ma façon de protester », a déclaré Viki Zikov, 62 ans, née à Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine et cible de bombardements russes incessants ces derniers temps. « Je n’ai rien contre le peuple russe, mais ma famille et moi sommes originaires de Kharkiv, et notre ville a disparu, elle a tout simplement été rayée de la carte », a-t-elle déclaré d’une voix tremblante.

La mère, le fils, la belle-fille et le petit-fils de Zikov vivent toujours au cœur de la ville assiégée. « Ma famille vit en plein milieu de la ville, ils sont à l’intérieur de la maison et ne peuvent pas sortir ou s’enfuir. Il n’y a pas de carburant, les routes sont fermées ou bombardées de missiles », a-t-elle déclaré.

« Un missile est tombé à moins de 500 mètres de la maison, et personne ne pensait que l’invasion se produirait réellement. Nous sommes au 21e siècle, nous pensions que le monde était sain d’esprit. Ce matin, ma belle-fille est sortie acheter du pain – mais les étagères sont complètement vides et tout a été pillé. Et maintenant, avec les Russes dans la ville, il y a un couvre-feu et ils ont peur de sortir. Je suis très inquiète parce qu’ils n’ont plus rien à manger. J’ai aussi vu des images que mes amis en Ukraine m’ont envoyées, et je suis horrifiée. J’ai parlé avec une amie avec qui je suis allée à l’université, et elle a dit qu’elle ne savait pas quoi faire parce qu’elle avait 65 ans- et sa mère a 90 ans et est en fauteuil roulant, et elles n’ont nulle part où aller. Elle m’a envoyé une photo de son immeuble, et la moitié avait disparu. »

Les experts estiment que la chute des ventes continuera d’affecter les marques russes à mesure que les combats se prolongeront en Ukraine. « Les marques de vodka russes sont en mauvaise posture et voient déjà leurs ventes chuter jusqu’à 18 %« , a déclaré Carmen Bryan, analyste des consommateurs à la société de sondage Global Data. « Un conflit à long terme affectera non seulement les ventes immédiates, mais peut également conduire à long terme au rejet complet des produits russes. »

Un importateur de vodka israélien a déclaré que s’il sympathisait avec la cause derrière le boycott, il faisait plus de mal aux civils ordinaires en Russie et en Israël qu’au gouvernement russe. « Bien que nous comprenions le boycott des produits russes, nous devons souligner que l’invasion de l’Ukraine est un acte du gouvernement russe, et le boycott de cette vodka ne nuit pas du tout au gouvernement russe, mais il nuit à une famille russe qui produit la boisson et une famille israélienne qui rêve de fournir une excellente vodka russe à un prix raisonnable », a déclaré l’importateur, qui a demandé à rester anonyme.

« Chaque petit profit que nous réalisons reste en Israël, et avec lui, nous payons notre équipe marketing, les promotions des ventes, les publicités sur les réseaux sociaux et de nombreux autres fournisseurs de services. Nous sommes les seuls touchés par la baisse de la consommation de vodka, la Russie ne se sentira jamais et Poutine encore moins »

Line Tubiana avec ynet

Partager :