Partager :

« Nous sommes convaincus que l’arrivée de Carrefour en Israël contribuera de manière significative à améliorer l’expérience d’achat locale ainsi que le pouvoir d’achat des clients avec les meilleures offres à des prix plus abordables », a commenté le directeur exécutif des partenariats internationaux de Carrefour.

Important à savoir! Depuis des années Carrefour a mené des missions de veilles technologiques en Israël pour repérer des startups avec des savoir-faire uniques.

Le dernier festival DLD de Tel-Aviv avait été l’occasion pour les start-ups et les grands groupes français de nouer des partenariats avec l’écosystème israélien.

Environ 200 Français et une quarantaine de start-up avaient fait le déplacement. Selon un article de Challenges : « Si les années précédentes, les “frenchies” étaient davantage en recherche de technologie, ils veulent désormais attirer les investissement israéliens en France. Criteo, Engie, Valeo et Carrefour prospectent le marché israélien, attirés notamment par le savoir faire israélien dans les big data, la cybersécurité, la greentech ou la foodtech ».

Des firmes israéliennes connectées à l’activité de Carrefour : Monday, Salt Security, Sigmento, Trigo.

A. MONDAY. La startup Monday.com tente de populariser son « Work OS » auprès des entreprises françaises.

La startup israélienne basée à Tel-Aviv connaît une forte croissance. Fondée en 2012, elle est implantée physiquement dans quatre régions, mais ses clients sont répartis dans plus de 180 pays. Au total, l’entreprise aux 650 employés a levé 234,1 millions de dollars. Gad Amar est le directeur Conseil Entreprise de monday.com pour la France. Les clients français sont Sanofi, Carrefour, Deezer, Accor, BNP Paribas ou encore Gameloft sont présentés comme des utilisateurs réguliers de Monday.com. « Aujourd’hui, en France, nous avons plus de 3 000 clients payants dans les secteurs du commerce de détail, dans les institutions financières, l’assurance, la pharmacie, les médias… », liste Gad Amar.

B. SALT SECURITY. L’entreprise israélienne de cyber sécurité Salt Security avait conclu un bel accord avec le géant français de la distribution Carrefour. L’éditeur spécialisé dans la sécurisation des API vaut désormais $1,4 milliard, après une levée très récente de Série D à $140 millions. Salt Security propose de protéger ses clients contre d’éventuelles attaques qui visent les programmes que les développeurs utilisent lorsqu’ils créent leurs propres applications.

En raison de la complexité toujours croissante des différentes applications et services introduits sur le marché, il est essentiel que les utilisateurs comme Carrefour soient protégés contre un éventuel piratage ou espionnage de leurs données personnelles. De nombreuses applications impliquent aujourd’hui des dizaines, voire des centaines d’API, faisant ainsi de chaque utilisation une menace de sécurité possible.

C. Le français Akeneo achète la start-up israélienne Sigmento.

Akeneo, société française de Product Information Management, a acquis Sigmento, une start-up israélienne qui utilise l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique pour aider les vendeurs en ligne à mieux décrire leurs produits. Sigmento a été fondée en 2015. « Akeneo a développé un logiciel de gestion de l’information produit open source qui augmente la quantité de données disponibles sur un produit et simplifie la gestion du catalogue. Ses clients comprennent des marques mondiales telles que Samsung, Carrefour ».

D. TRIGO.

La start-up Trigo a annoncé une levée de fonds de $60 millions pour accélérer le déploiement de son magasin autonome. La pépite de Tel-Aviv a convaincu le distributeur alimentaire Tesco ainsi que l’enseigne israélienne Shufersal. Trigo est en train de faire évoluer son magasin automatisé dans un contexte sanitaire qui a vu l’essor de ce concept, notamment aux Etats-Unis, et étendre la présence de la société à l’échelle mondiale.
Basée à Tel Aviv, Trigo a mis au point une technologie de vision par ordinateur qui permet à des clients d’entrer dans un magasin, saisir des articles et payer sans passer par un poste d’encaissement. L’utilisateur paie automatiquement via une application (scannée à l’entrée) et reçoit la facture sur son smartphone à sa sortie.
 
La start-up a conclu un partenariat avec le distributeur alimentaire britannique Tesco ainsi qu’avec l’enseigne israélienne Shufersal pour le développement de quelques 272 magasins sans caisse. Les magasins sans caisse ni personnel sont utiles en temps de pandémie car ils permettent de limiter les interactions sociales, d’exposer le personnel et de réduire le temps d’attente. Carrefour, Auchan et le groupe Casino expérimentent des magasins autonomes auprès de leurs collaborateurs.

 

 

Partager :