Partager :

Une étude israélienne montre que l’oxygénothérapie peut réduire les troubles du stress post-traumatique.

L’oxygénothérapie peut réduire considérablement le trouble de stress post-traumatique (SSPT), selon une première étude israélienne mondiale sur les vétérans des Forces de défense israéliennes (FDI), au cours de laquelle la moitié des sujets ont fait de si bons progrès qu’ils n’étaient plus considérés comme souffrant de SSPT. La recherche dirigée par l’Université de Tel Aviv, basée sur l’utilisation de chambres à oxygène hyperbares par 18 vétérans de Tsahal souffrant de post-traumatisme, a été publiée mardi dans la revue à comité de lecture PlosOne.

L’oxygène hyperbare n’est actuellement utilisé pour aucun traitement important du SSPT, et les scientifiques qui ont mené l’étude affirment qu’il pourrait ouvrir une nouvelle voie pour aider les personnes aux prises avec ce trouble. « Nous avons commencé cette recherche pour traiter le SSPT d’une manière qui cherche à affecter les changements physiques réels dans le cerveau », a déclaré le Dr Keren Doenyas-Barak, membre de l’équipe à l’origine de l’étude, au Times of Israel. « Cette approche ne repose pas sur des outils psychologiques. C’est biologique, pas psychologique, donc ça représente quelque chose de nouveau. »

Gabriel Attal

Radio J.

Partager :