Partager :

Le géant américain des boissons et des collations, PepsiCo a fait appel à la société israélienne d’irrigation goutte à goutte N-Drip pour un nouveau partenariat. Les agriculteurs de la marque Pepsi vont adopter la technologie d’irrigation goutte à goutte pour un meilleur rendement et un moindre gaspillage de l’eau.

Le directeur du développement durable de N-Drip, Seth Siegel, a déclaré au Times of Israël que le partenariat était « le résultat de plus de deux ans de projets pilotes en Inde, au Vietnam et aux États-Unis, suivis de discussions approfondies sur la meilleure façon d’étendre la mise en œuvre de la chaîne d’approvisionnement à l’échelle de PepsiCo . »

Fondé en 2015 par le professeur Uri Shani, ancien directeur de l’Autorité israélienne de l’eau, avec Ariel Halperin et Ran Ben-Or, N-Drip a développé ce qu’il dit être un système qui permet aux zones qui utilisent l’irrigation par submersion d’utiliser l’irrigation goutte à goutte à la place, une méthode bien plus précise.

L’irrigation par submersion, serait le moyen le plus ancien d’arroser les cultures, est encore aujourd’hui l’une des formes d’irrigation les plus utilisées dans le monde. Environ 85 % des champs agricoles dans le monde utilisent ce système, dans lequel l’eau est acheminée vers le champ par un tuyau ou un fossé pour s’écouler sur le sol cultivé. Le système gaspille à la fois de l’eau — on pense qu’environ 50 % est perdu par évaporation ou infiltration des zones non cultivées — et des engrais, sans pour autant produire de meilleurs rendements.

Le principal marché cible de N-Drip est constitué de 85 % des zones agricoles irriguées dans le monde, dont la majorité des zones agricoles aux États-Unis, en Australie et dans d’autres pays, où les systèmes d’irrigation goutte à goutte existants sont encore trop chers.

« N-Drip est applicable facilement et à moindre coût dans ces champs, et par conséquent, l’eau nécessaire aux cultures diminue environ de moitié, de sorte que les agriculteurs ont plus d’eau », a expliqué Siegel. « De plus, les rendements des cultures sont régulièrement augmentés de 15 à 40 %, de sorte que le rendement supplémentaire fournit des revenus plus élevés à l’agriculteur. Les agriculteurs doivent utiliser la moitié de la quantité d’engrais sur un champ N-Drip par rapport à celle traditionnellement utilisée par submersion. Comme les engrais sont les intrants économiques les plus importants pour les producteurs, il s’agit d’une économie importante. »

« Il a déjà été démontré que N-Drip fonctionne sur plusieurs dizaines de cultures, y compris les plus grandes cultures du monde [comme] les pommes de terre, le maïs, le blé, le riz, le coton, la luzerne et le sorgho, entre autres », a ajouté Siegel.

Partager :