La Guerre pousse les observateurs à s’intéresser aux oligarques juifs de Russie.

Par |2022-03-19T11:34:22+01:0019 Mar 2022|Catégories : POLITIQUE|
Partager :

Les sanctions occidentales ciblant les oligarques liés au régime de Vladimir Poutine entraînent des effets en cascade. Plusieurs tentent d’émigrer en Israël, où la législation sur l’octroi de la citoyenneté et la protection des revenus leur est favorable, selon The Marker, le supplément économique de Ha’Aretz.

Chez votre marchand de journaux Guerre en Ukraine : Les reportages et les analyses de la presse étrangère à retrouver dans nos magazines disponibles en kiosque et en ligne.

C’est ce que révèle une vaste enquête du journaliste Shuki Sadeh publiée dans The Marker, le supplément économique et financier du quotidien israélien Ha’Aretz, sur les entrelacs d’intérêts financiers et politiques liant Israël à une économie russe largement fondée sur le blanchiment.

Qui sont ces oligarques qui pourraient passer ou se sont déjà faufilés à travers les mailles du filet occidental sans perdre trop de plumes ? “Ils sont nombreux mais, outre le très médiatisé Roman Abramovitch, les plus gros poissons se nomment Moshe Kantor, Mikhaïl Fridman, Oleg Deripaska et Viktor Vekselberg”.

Pour l’un des rares et anciens députés russophones de gauche israéliens à la Knesset, Roman Bronfman, “aucun des oligarques n’a les mains propres et, pendant deux décennies, ils ont tous bénéficié d’une législation israélienne particulièrement lâche en matière financière”.

L’influence en Israël des Juifs ex-soviétiques.

Une souplesse qui s’explique aussi, souligne Shuki Sadeh, par le poids acquis par les Juifs ex-soviétiques d’Israël, ces “faiseurs de rois” au sein des partis dominants, dont le Likoud.

Ainsi, Ze’ev Elkin (né Vladimir Borisovitch Elkin dans la métropole ukrainienne russophone de Kharkiv), ministre du Logement dans l’actuel gouvernement Bennett (après avoir claqué la porte du Likoud) et “facilitateur” dans les entrevues entre dirigeants politiques russes et israéliens, a “bénéficié de prêts russes douteux en 2018 lors de sa campagne ratée pour conquérir la mairie de Jérusalem”.

De même, Gideon Saar, autre dissident du Likoud et actuel ministre de la Justice dans le gouvernement Bennett, “a bénéficié de dons problématiques lors des législatives de 2008 et 2012”.

Enfin, Avigdor Lieberman (un russophone d’extrême droite né Evett Lvovitch Lieberman dans la capitale moldave Chisinau), aujourd’hui ministre des Finances, “doit une partie du trésor de guerre de son parti Israël Beitenou à l’énorme contribution financière d’un oligarque juif moins connu, Michael Cherney”.

courrierinternational.com

Partager :

Partager cet article, Choisissez votre plateforme !

Aller en haut