Partager :

Israël a officiellement inauguré n nouveau terminal portuaire dans la baie de Haïfa, le premier de deux terminaux portuaires privés récemment construits qui devraient alimenter la concurrence, réduire les coûts d’importation et représenter un atout pour l’économie israélienne. La quasi-totalité du commerce international d’Israël s’effectue par voie maritime et le port de Haïfa est la plaque tournante la plus fréquentée du pays, gérant environ la moitié du fret.

La société d’État chinoise Shanghai International Port Group (SIPG) a remporté l’appel d’offres en 2015 pour exploiter l’installation de transport maritime commercial pendant 25 ans, un arrangement qui a suscité la controverse en Israël et à l’étranger. La proximité du projet avec les sous-marins israéliens, entre autres, a suscité des inquiétudes en matière de sécurité, surtout après que des rapports ont révélé que ni le cabinet ni le Conseil de sécurité nationale n’avaient eu leur mot à dire sur l’accord. Le projet a également suscité l’ire des États-Unis, qui amarrent parfois des navires militaires à Haïfa.

Le nouveau terminal de Haïfa, construit par deux sociétés israéliennes, permettra aux grands navires d’environ 400 mètres de long transportant quelque 18 000 conteneurs chacun d’accoster en Israël, a déclaré le ministère des Transports dans un communiqué, et fournira des services de déchargement et de chargement, réduisant ainsi leur temps de séjour au port.

Israël, qui a pu accueillir des navires plus petits transportant plusieurs milliers de conteneurs, a connu de graves embouteillages dans les ports maritimes, entraînant une hausse des prix des marchandises, qu’il s’agisse de produits ménagers, de matières premières ou de pièces automobiles.

Les retards coûtent à l’économie israélienne environ 700 millions de shekels chaque mois, selon un reportage de la Treizième chaîne diffusé il y a deux semaines.

Le terminal de la baie de Haïfa était en construction depuis six ans, pour un investissement de 1,7 milliard de dollars qui comprend des infrastructures et des technologies de pointe, a déclaré Yitzhak Blumenthal, PDG de la société publique Israel Ports Company. Dans une déclaration faite mercredi, il a qualifié l’ouverture du nouveau terminal de « l’un des projets d’infrastructure les plus importants pour l’avenir d’Israël ».

« Il s’agit d’un port technologique moderne, dont l’ouverture va révolutionner l’économie et avoir un impact sur nous tous, des industriels aux consommateurs, car il permettra de réduire le coût de la vie », a déclaré Blumenthal.

L’ouverture du terminal privé stimulera la concurrence entre les trois ports maritimes internationaux d’Israël – Haïfa, Ashdod et Eilat – qui rivaliseront pour « améliorer et rationaliser le niveau des services portuaires en Israël, contribuer à répondre aux besoins de l’économie, garantir la capacité d’Israël à accueillir de grands navires et permettre à Israël de se préparer aux changements qui se produisent dans l’industrie du commerce maritime », a-t-il ajouté.

La ministre des Transports, Merav Michaeli, a déclaré qu’Israël « se lançait maintenant dans une nouvelle aventure : tenir la promesse du port de la Baie, et bientôt du port du sud [à Ashdod], d’accélérer le développement économique d’Israël, d’accroître les exportations et le commerce, de combler les écarts sociaux et de faire baisser les prix ».

/fr.timesofisrael.com

 

Partager :