Partager :

Lviv, principale ville de l’ouest de l’Ukraine, a jusqu’à présent échappé aux bombardements contrairement à Kiev, Kharkiv, Marioupol et d’autres centres urbains que les Russes tentent de conquérir.

Les effets de la guerre se font ressentir dans toute la ville, alors que les soldats patrouillent dans les rues calmes et que des sacs de sable bloquent les fenêtres des bâtiments gouvernementaux. Des milliers d’Ukrainiens des villes et villages situés à l’est attendent de longues heures à la gare de Lviv, espérant pouvoir monter à bord d’un train pour fuir le pays.

À l’extérieur de la gare, différentes organisations caritatives et humanitaires ukrainiennes ont installé des tentes pour fournir de la nourriture et des soins médicaux aux réfugiés fuyant l’invasion russe.

Alors que je marchais dans le chaos à l’extérieur de la gare mardi dernier, j’ai été stupéfait de tomber sur un grand drapeau israélien disposé sur une clôture, et des hommes haredi habillés de gilets orange avec des inscriptions en hébreu qui se tenaient à côté de casseroles fumantes, parlant amicalement avec les passants.

Les hommes faisaient partie de l’organisation de sauvetage ZAKA, un élément majeur des services d’intervention d’urgence d’Israël dans le pays et à l’étranger.

Le groupe de 12 Israéliens de la délégation avait été informé qu’ils s’envoleraient pour l’Ukraine le vendredi précédent. En raison du Shabbat, ils n’ont eu que quelques heures pour faire leurs valises et prendre des dispositions avec leurs familles avant de décoller d’Israël le dimanche matin. Ils ont atterri en Hongrie et, après un long trajet en voiture à travers la frontière, ils sont finalement arrivés à Lviv cette nuit-là.

Des membres du personnel du quartier de Tel Aviv à Zaka dans leur tente devant la gare de Lviv, le 8 mars 2022. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

Je les ai rencontrés le jour où ils se sont installés dans une tente à l’extérieur de la gare, avec une pancarte en hébreu et en ukrainien expliquant qui ils étaient.

« Les Israéliens viennent se rassembler autour de nous, nous leur donnons du thé, nous leur donnons des biscuits », a expliqué le rabbin Schneur Zalman Gold de Ramat Gan.

« Tous ceux qui viennent sont accueillis avec joie. Mais nous essayons de rester concentrés et si c’est un Juif à qui nous pouvons offrir un endroit pour dormir, un bus jusqu’à la frontière, ou être avec nous le Shabbat, nous le faisons avec plaisir. »

Gold, dont le frère dirige un orphelinat à Moscou, est le seul russophone du groupe.

Pendant que nous parlions, un homme juif nommé Ephraim est venu nous dire bonjour. Il a dit qu’il ne parlait pas l’hébreu, mais qu’il avait récemment commencé à étudier le judaïsme dans une synagogue locale.

Quelques minutes plus tard, une vieille dame est passée et a embrassé le drapeau israélien tendu derrière la tente.

« Nous n’avons rien entendu de négatif », a déclaré Moti Sheiboyd, médecin à Rehovot.

« Tout le monde est venu et a exprimé son soutien, et était ravi que le peuple israélien soit ici – y compris la police et les soldats », a déclaré Gold.

Partager :