Partager :

« Nous travaillerons ensemble pour soutenir le courage là où il y a la peur, pour encourager la négociation là où il y a le conflit, et donner l’espoir là où règne le désespoir ». Nelson Mandela

EDITORIAL Nous y sommes dans cette peur infernale, dans ce déchirement d’impuissance à la vue d’enfants en larmes, dans cette angoisse de fin du monde.
Quel immense défi pour le monde que cette guerre en Ukraine.

Et voilà qu’en ce Shabbat du 5 Mars, un juif pratiquant qui se trouve à la tête d’un petit pays et d’un peuple exercé à la survie et aux épreuves, se rend en territoire inconnu pour parler, parler à l’agresseur mais aussi parler à tous les acteurs de ce drame avec une détermination et une subtilité que nous devons saluer.

Notre Premier Ministre Naftali Bennett est aujourd’hui l’honneur d’Israël et du peuple juif car il n’y a aucune autre issue à un conflit quel qu’il soit sans une tentative de dialogue et de négociation.

Confiant dans ce lien si particulier tissé dans l’enfance de Vladimir Poutine avec le peuple juif, Naftali Bennett, accompagné de son conseiller militaire et du Ministre Zeev Elkin, d’origine Russe avec une famille en Ukaine et fort de sa connaissance à la fois de la culture et de la langue de Vladimir Poutine, a voulu parler à tous les intervenants afin de faire entendre la voix de la sagesse. Il sait qu’il faut aussi ménager chez les uns et les autres ces sentiments forts de l’identité et de la fierté nationales si déterminants dans ce genre de conflits.

Naftali Bennett a pris le risque le plus juste, quelque soient les résultats, en prenant la décision d’un vrai leader dans la sphère politique mondiale d’aujourd’hui.

Pendant la deuxième guerre mondiale, c’est Churchill qui a fait la différence. Comme Israël a étonné le monde par ses décisions lors de la crise du Covid 19, il montre son courage dans sa volonté de faire comprendre à ce héros qu’est le Président ukrainien qu’il n’y a pas d’échec dans le compromis, certes raisonnable mais suffisamment significatif pour permettre une solution et un arrêt de cette bataille fratricide et si cruelle.

C’est le devoir d’Israël, compte tenu aussi et pas moins du fait que des milliers d’hommes et de femmes juifs de ces pays voient leur vie en suspens à cause de ce conflit. Il est essentiel de leur montrer le soutien absolu d’Israël et qu’ils sont eux aussi un sujet de débat avec Vladimir Poutine.
Les moments que nous vivons sont d’une telle intensité qu’il nous est difficile de comprendre et d’imaginer ce que nous apportera demain. Aujourd’hui, il faut se battre pour un futur meilleur en défendant les principes et les valeurs humaines qui nous habitent.

Claude Grundman-Brightman
Presidente du developpement Francophone du Netanya Academic College

claude@grundman-ltd.co.il

//lphinfo.com

 

Partager :