Partager :

La Knesset a adopté une loi qui permettra aux entreprises d’utiliser le covoiturage autonome, tels que des taxis, avec des passagers dans le véhicule mais sans chauffeur de sécurité sur les routes israéliennes.

Le projet de loi, proposé par le ministère des Transports et de la Sécurité routière, a été approuvé en deuxième et troisième lectures en plénière et ouvre la voie à Mobileye, la filiale de conduite autonome d’Intel, pour aller de l’avant avec son projet de déploiement de « vol-taxis » et services de covoiturage à Tel-Aviv cette année.

La société russe Yandex teste également des voitures autonomes en Israël depuis fin 2018, alors que des constructeurs automobiles mondiaux tels que Ford, Toyota et Hyundai investissent dans des modèles dotés de systèmes de conduite autonome.

La loi israélienne permet aux entreprises et aux exploitants de véhicules d’obtenir des licences spéciales du ministère des Transports et de tester des voitures autonomes y compris dans le but de transporter des passagers de façon payante’ et ‘lorsqu’un système de conduite autonome remplace le conducteur’, selon l’annonce.

Ce projet de loi réglemente des questions telles que l’assurance et les différents permis et établit des organes de surveillance ainsi qu’un comité consultatif composé de représentants des parties intéressées.

🟦  🟦

« L’État d’Israël est à la pointe du développement de technologies dans le domaine des véhicules autonomes », selon le mémorandum du projet de loi. « Aujourd’hui, plusieurs entreprises, israéliennes et étrangères, testent des véhicules de transport autonomes. »

Mobileye, basée à Jérusalem, possède actuellement la plus grande flotte internationale de véhicules autonomes, avec des pilotes à Munich, Detroit, New York, Tokyo et, plus récemment, à Paris. La société Intel teste des véhicules autonomes en Israël depuis 2018, et à Munich depuis 2020.

Mobileye a misé sur des services commerciaux de robotaxi à Tel Aviv, Munich et Paris, ainsi que sur des navettes autonomes pour les transports publics à travers l’Europe et des véhicules de livraison aux États-Unis comme première introduction de voitures autonomes sur la route.

En Israël, les véhicules de la flotte de robots-taxis de Mobileye sont les NIO SE8 orange, des SUV électriques à sept places fabriqués par le constructeur chinois de véhicules électriques (VE) NIO, avec lequel la société a signé une collaboration en 2019. Les véhicules sont propulsés par le le système de conduite autonome entièrement intégré de la société, baptisé Mobileye Drive, et développé spécifiquement pour les services de transport commerciaux sans conducteur.

🟦 🟦

Dans le cadre de cet accord, NIO produit le système Mobileye Drive pour Mobileye et intègre sa technologie de véhicule autonome de niveau 4 dans ses gammes de véhicules électriques pour les marchés grand public ainsi que des services de transport autonomes. Le niveau 4 offre un haut degré d’automatisation sans nécessiter d’intervention humaine dans des zones limitées (connu sous le nom de géorepérage), mais peut être remplacé manuellement par des humains si nécessaire.

Les utilisateurs pourront accéder au service via l’application développée par Moovit, la société israélienne de données de trafic intelligentes qu’Intel a rachetée en 2020 pour environ 900 millions de dollars, ainsi que via une application développée par le géant international des services de mobilité et de location de voitures Sixt. SE, basée en Allemagne, qui regroupe des services de transport à domicile, de location de voiture, d’autopartage et d’autres offres.

Read more https://rakbeisrael.buzz/une-nouvelle-loi-israelienne-ouvre-la-voie-aux-taxis-autonomes-en-israel/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=une-nouvelle-loi-israelienne-ouvre-la-voie-aux-taxis-autonomes-en-israel

Partager :