Partager :

Natan Sharansky, ancien prisonnier de Sion, militant des droits de l’homme, ancien ministre du gouvernement israélien et ancien chef de l’Agence juive, exhorte Israël à adopter “une position morale claire” contre l’offensive lancé par le président russe en Ukraine.

“Quand j’ai grandi en Ukraine, à Donetsk, il y avait beaucoup de nations et de nationalités. Il y avait des gens chez qui, sur la carte d’identité, était inscrit  “russe”, “ukrainien”, “géorgien”, “kozaki”.

Ce n’était pas si important, il n’y avait pas de différence, mais une chose était importante: s’il était écrit “Juif”, c’était comme si vous aviez une maladie.

Je m’en suis souvenu cette semaine quand j’ai vu des milliers de personnes debout aux frontières, essayant d’échapper à la tragédie en Ukraine. Elles se tiennent là jour et nuit, et il y a un mot qui peut les aider à sortir: “Juif”.

Si vous êtes juif, il y a des juifs qui se soucient de vous, il y a quelqu’un de l’autre côté de la frontière qui vous cherche, vos chances de partir sont grandes.

Le monde s’est renversé. Quand j’étais enfant, juif était  un mot extraordinairement mauvais, personne n’était jaloux de nous, et aujourd’hui à la frontière ukrainienne, juif est devenu un mot positif décrivant des gens qui ont un endroit où aller et il y a tout un peuple, qui est leur famille, qui les attend dehors”.

www.tribunejuive.info

Partager :