Partager :

La Russie a réclamé samedi à Washington la garantie que « les sanctions la visant à cause de l’Ukraine ne concerneront pas sa coopération avec Téhéran, avant de relancer l’accord sur le nucléaire iranien ».

« Il y a des problèmes du côté russe », a dit le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov en conférence de presse. « Nous avons demandé à nos collègues américains des garanties écrites que les sanctions ne toucheront pas à notre droit à une libre et entière coopération commerciale, économique, d’investissement et technico-militaire avec l’Iran », a-t-il ajouté.

Cette annonce intervient alors même que des efforts cruciaux sont en cours pour sauver l’accord de 2015.  Il avait été conclu par l’Iran d’un côté, et par les Etats-Unis, la Chine, la France, le Royaume-Uni, la Russie et l’Allemagne de l’autre, pour empêcher l’Iran de se doter de la bombe atomique, une intention qu’a toujours nié ce pays.

M. Lavrov a souligné vouloir au minimum la garantie du secrétaire d’Etat Antony Blinken, dénonçant l' »avalanche de sanctions agressives » adoptées par l’Occident en lien avec l’Ukraine, insistant sur la nécessité d’avoir des « réponses très précises ».

Autrement, il a jugé que « la majorité écrasante des questions faisait l’objet d’un accord » même s’il « y a des thèmes qui pour nos collègues iraniens demandent des éclaircissements, et nous considérons que c’est légitime ».

i24News.

Partager :