Partager :

Les propriétaires d’un bar à Jérusalem qui a 21 ans d’expérience et qui portait le nom de « Putin Pub » ont décidé de retirer l’enseigne du devant et d’abandonner le nom, qui était le nom de famille du président russe, qui il y a quelques jours a commencé une incursion militaire sur le territoire ukrainien.

L’un des propriétaires a rapporté lors d’un dialogue avec le journal israélien Yediot Aharonot que la décision avait été prise après avoir appris le début des hostilités.

« Il y a 21 ans, c’était un personnage célèbre, quelqu’un que tout le monde connaissait, alors les anciens propriétaires ont décidé de lui donner son nom », a déclaré Leonid Tetrin, arrivé en Israël il y a 20 ans depuis la Russie.

 

🟦 « Nous ne voulons pas nous impliquer dans la politique, c’est un endroit amusant et personne ne veut ressentir l’influence de la guerre en buvant une bière. Nous sommes contre la guerre, nous voulons accueillir aussi bien les Russes que les Ukrainiens. Nous avons reçu beaucoup de soutien pour retirer l’affiche », a-t-il déclaré.

Israël et son possible rôle de médiateur dans le conflit

Israël a rapporté que la conversation entre le Premier ministre Naftali Bennett et le président russe Vladimir Poutine n’a pas conduit à une médiation concrète, mais renforce la position d’Israël dans le monde, a rapporté dimanche la télévision d’État israélienne (KAN).

Un haut responsable israélien a noté que « le fait qu’après la demande de l’Ukraine, Bennett ait soulevé la question avec Poutine dans une conversation pendant que les combats ont lieu, signale la position d’Israël dans le monde ».

Selon la source israélienne, Bennet a déclaré au président russe lors d’une conversation qu’ »il est possible de profiter des liens entre les deux pays et de sauver des vies ».

KAN a rapporté que Bennett voulait faire savoir à Poutine que l’avion qu’il a envoyé en Ukraine ne transporte « que de l’aide humanitaire ».

De plus, les mêmes médias ont indiqué que le président ukrainien, Volodímir Zelenski, avait demandé au président israélien lors de la conversation qu’ils avaient eue vendredi : « Aidez-nous avec du matériel militaire et des armes ».

Selon le rapport, Israël a répondu avec « courtoisie diplomatique » et n’est probablement pas sur la table. Jérusalem a déjà refusé l’aide militaire à l’Ukraine dans le passé. Entre autres, Kiev a demandé des batteries du système défensif anti-aérien Iron Dome.

Alors que la Russie poursuit son incursion militaire sur le territoire ukrainien, Moscou a déclaré à Israël qu’elle « laissera aux Forces de défense israéliennes la liberté d’action aérienne en Syrie », a rapporté ce soir la télévision d’État israélienne (KAN).

Le message, qui permet à Israël de poursuivre ses actions en Syrie, est passé par des canaux politiques, ainsi que par la hotline militaire existante entre la base russe de Khmeimim et le quartier général de l’armée israélienne à Tel-Aviv.

Le cabinet de défense politique d’Israël s’est réuni ce dimanche pour discuter de la situation en Ukraine. Dans ce contexte syrien, les possibilités vont d’une tentative du président russe de déstabiliser Damas et de rendre les choses difficiles pour Israël, à un scénario dans lequel il veut freiner davantage l’Iran et ses alliés dans la région.



Partager :