Partager :

Une étude réalisée par la Faculté de médecine et de l’Ecole des neurosciences de l’Université de Tel-Aviv, révèle une pathologie de l’activité cérébrale causée par une défaillance du mécanisme de régulation du système neuronal, qui pourrait permettre un diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer. 

Selon les chercheurs, un médicament existant déjà pour traiter la sclérose en plaques pourrait aider à stabiliser cette activité cérébrale pathologique.

« Malgré les nombreux efforts réalisés depuis des années, il n’existe encore aucun traitement efficace de la maladie d’Alzheimer », a déclaré le Professeur Slutsky.

Selon une étude publiée récemment dans la revue britannique Lancet Public Health, le nombre de personnes atteintes de démence dans le monde passera de 50 millions en 2019 à plus de 150 millions en 2050.

En Israël, l’augmentation sera de 145 %, contre 74 % en Europe occidentale.

Les technologies d’imagerie innovantes développées ces dernières années ont révélé que les dépôts amyloïdes qui caractérisent la maladie, se forment dans le cerveau des patients 10 à 20 ans avant l’apparition de ses symptômes typiques, comme les troubles de la mémoire et le déclin cognitif.

En utilisant des souris de laboratoire, génétiquement modifiées pour présenter les caractéristiques de la maladie, les chercheurs se sont concentrés sur la région du cerveau appelée hippocampe, qui joue un rôle important dans les processus de mémoire et dont on sait qu’elle est altérée chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Ils ont tout d’abord mesuré l’activité des cellules de l’hippocampe à l’état de veille, lorsque les souris étaient actives et exploraient leur environnement, en utilisant des techniques avancées qui mesurent l’activité cérébrale au niveau de résolution de la cellule nerveuse.

« Des études antérieures ayant examiné l’activité cellulaire dans le cerveau de souris anesthésiées présentant la maladie d’Alzheimer, ont permis de constater une hyperactivité de la zone de l’hippocampe et du cortex. À ma grande surprise, l’examen de souris à l’état de veille et actives ne montre aucune différence entre l’activité des neurones et des synapses de l’hippocampe chez les sujets malades et chez ceux en bonne santé, » a expliqué le Dr. Zarhin.

Les chercheurs prévoient de collaborer avec des centres médicaux en Israël et dans le monde pour vérifier si les mécanismes découverts sur des souris peuvent également être identifiés chez des patients atteints de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce.

www.i24news.tv
Partager :