Partager :

Le ministre israélien de la Justice, Gideon Saar, a décidé de recourir à la loi sur le boycott adoptée en 2011, afin de sanctionner Ben & Jerry’s et sa société mère, Unilever Global.

Le fabricant de glaces américain est dans le viseur du gouvernement suite à sa décision de suspendre son accord de licence avec Ben & Jerry’s Israël, après que celle-ci a refusé de suspendre la vente des produits de la marque en Cisjordanie.

En coordination avec le ministre des Finances Avigdor Liberman, Gideon Saar a ainsi autorisé des réglementations anti-boycott contre l’entreprise. La décision doit encore être approuvée par la commission des lois et de la constitution de la Knesset.

« L’État d’Israël doit lutter contre les tentatives de boycott, qui font partie d’une stratégie plus large de délégitimation de l’État juif », a déclaré le ministre de la Justice.

Le PDG de Ben & Jerry’s Israël, Avi Zinger, a appelé la semaine dernière le gouvernement à prendre des mesures contre Unilever Global, affirmant que celle-ci faisait la promotion du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

« L’impuissance du pays face à une entreprise qui prend des mesures de boycott sape le pouvoir de dissuasion d’Israël et causera non seulement des dommages considérables à Ben & Jerry’s Israël, mais à de nombreuses autres entreprises à l’avenir », a écrit Avi Zinger. « Mettez en œuvre sans tarder la loi contre le boycott », a-t-il ajouté.

Le député Simcha Rothman, qui est membre de la commission des lois et de la constitution, a déclaré que la décision de Gideon Saar aurait dû être prise il y a six mois, soulignant qu’il était absurde que plusieurs États américains aient pris de telles mesures avant Israël.

« Mieux vaut tard que jamais, et j’espère que le comité approuvera cette décision », a-t-il déclaré.

i24News.


Partager :