Partager :

Netanyahou aurait autorisé l’Arabie saoudite à utiliser le logiciel NSO après des discussions avec le prince héritier.

L’Arabie saoudite aurait reçu l’approbation d’Israël pour utiliser le logiciel espion Pegasus de l’entreprise NSO à la suite d’un accord de 55 millions de dollars signé en 2017 entre l’ancien Premier ministre Benyamin Netanyahou et le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman (MBS), selon le New York Times Magazine.

L’accord, signé avant la signature des accords d’Abraham avec d’autres États du Golfe, a expiré et le ministère de la Défense aurait décidé de ne pas le prolonger en raison de l’hésitation suscitée par les informations faisant état de violations des droits civils par l’État saoudien.

Cependant, à la suite de discussions entre MBS et Netanyahou, l’actuel chef de l’opposition aurait accepté de renouveler le contrat des Saoudiens dans l’espoir d’obtenir « l’engagement et la gratitude » du prince héritier avant la signature des accords d’Abraham, selon le NYT.

MBS a autorisé les avions israéliens à survoler l’espace aérien saoudien et n’a pas condamné les accords d’Abraham dans le cadre de l’accord conclu avec Netanyahou.

NSO a précédemment formé un comité d’éthique qui a exhorté l’entreprise à fermer les systèmes Saudi Pegasus aux informations faisant état de l’implication de NSO dans le meurtre de Jamal Khashoggi en 2018.

Le NYT a également signalé que le Federal Bureau of Investigations (FBI) des États-Unis avait également acheté Pegasus et installé le logiciel espion sur ses ordinateurs en juin 2019, mais ne l’avait jamais utilisé.

Le bureau de Netanyahou a répondu aux informations du NYT que « les affirmations selon lesquelles Netanyahou aurait utilisé le NSO pour des réalisations politiques de toutes sortes sont totalement fausses ».

Gabriel Attal (Radio J)

Partager :