Partager :

Le marché alimentaire israélien est dominé par une poignée d’entreprises seulement – Tnuva, connue pour ses produits laitiers, possède également la viande Adom Adom, les légumes surgelés Sanfrost, le poulet Mama Off et les charcuteries Tirat Zvi.

Unilever Israël préside à l’élaboration de snacks salés tels que Beigal, le chocolat Klik, Dove, Knorr, Lipton’s Tea, la mayonnaise Hellman’s, les céréales pour le petit-déjeuner Telma et les crèmes glacées Strauss.

La « Grande et heureuse famille » d’Osem comprend les céréales pour petit-déjeuner Nestlé, Bamba, Bizli, Beigele, les pâtes, le ketchup, les soupes, les shkedei marak (croûtons), les boissons aux fruits Vitaminchik, le café Taster’s Choice et le producteur d’aliments végétariens Tivol.

Ces produits ont tendance à dominer les rayons « à hauteur d’œil » des grands supermarchés. Comme les petits producteurs ont témoigné à la télévision israélienne dans le passé, faire son entrée dans les grands supermarchés est une tâche relativement herculéenne. Être relégué dans les rayons du haut ou du bas où peu de gens regardent s’avère alors tout à fait normal.

Selon l’Israeli Institute for Economic Planning (IEP), un groupe de réflexion à but non lucratif, les marchés monopolistiques qui affectent le plus directement le consommateur comprennent la nourriture et les boissons, les produits pour bébés, les articles de toilette, les peintures et les laques, l’électricité, l’eau, le transport aérien, le recyclage, les parkings, les services postaux, les médias câblés, les infrastructures téléphoniques et Internet, la télédiffusion, les produits pétroliers raffinés et l’exploration gazière.

Times of Israel.

Partager :