Partager :

Beverly Barkat, artiste israélienne et femme du maire de Jérusalem, est née à Johannesburg de parents céramistes et elle est arrivée à Jérusalem en 1976, à l’âge de 10 ans, lorsque sa famille a pris un engagement d’un an à l’Académie des arts et du design de Bezalel. Elle a ensuite étudié la conception de bijoux et le soufflage de verre.

Frappée par la pollution due aux matières plastiques, elle a accumulé au cours des trois dernières années, des déchets provenant du monde entier et en plus d’expérimenter le comportement des matériaux, Barkat a fait des recherches sur son sujet en utilisant des globes, des cartes Google, des images de la NASA et des photos publiées en ligne. Au fur et à mesure que le projet a évolué, il a rassemblé un grand nombre des différents supports et disciplines que Barkat a intégrés dans son parcours d’artiste.

Puis elle a fini par choisir une méthode consistant à couler des morceaux de déchets plastiques dans une résine époxy cristalline. Vue de l’extérieur, la sphère a une sorte d’effet vitrail. « Il est passé de l’apparence d’un sac en plastique froissé », dit-elle, « à quelque chose qui ressemble à un bijou » ou « quelque chose de très, très cher et précieux ».

L’œuvre en cours de réalisation qui en résulte est « Earth Poetica », une imposante sphère de quatre mètres de diamètre, composée de panneaux à armature métallique et d’un squelette intérieur de segments de bambou remplis de plastique. La surface extérieure du globe, avec ses continents et ses mers aux proportions authentiques, brille d’une beauté à couper le souffle.

Mais lorsqu’on l’observe de près de l’intérieur, à travers quelques panneaux qui seront laissés ouverts comme des judas, on découvre une vilaine vérité : Comme le dos rugueux d’un tapis, la surface intérieure, qui révèle l’œuvre, est un maelström chaotique de touffes et de fragments déchiquetés de sacs en plastique, de bouteilles, de filets de pêche et d’emballages de consommation.

Dans une représentation fidèle de la réalité, l’océan Pacifique de Barkat comprend des plaques de déchets plastiques. Les différentes nuances et couches de bleu et de vert créent des tourbillons marins et des changements thermiques. Une grande partie de l’Asie est un paradis luxuriant. Des éclats de plastique blanc, turquoise et translucide, certains pointus, d’autres plumeux, forment des icebergs arctiques, des calottes glaciaires et des glaciers.

Avant d’être installé définitivement à New York, « Earth Poetica » sera installée à l’Aquarium d’Israël à Jérusalem pendant au moins six mois à partir de début février. Dédié à la conservation des habitats marins d’Israël, l’aquarium met en place un programme éducatif pour les enfants autour de l’œuvre. Il est également prévu que l’installation fasse l’objet d’une tournée. Une fois l’œuvre installée, les visiteurs pourront y grimper et la voir d’en haut, jeter un coup d’œil à l’intérieur ou s’asseoir et la contempler. L’espoir de M. Barkat est de faire tomber les barrières entre les gens et la nature d’une manière qui changera les perceptions et peut-être les habitudes.

Source : New York Times & Israël Valley

Partager :