Partager :

Lorsque l’on entend les mots « Start-up Nation » ou « écosystème d’innovation d’Israël », on pense à Tel Aviv, capitale commerciale d’Israël – où se trouvent littéralement des milliers d’entreprises de haute technologie, des centres de R&D, des sociétés de capital-risque et divers accélérateurs et incubateurs – et qui est devenue à juste titre synonyme de technologie israélienne.

Ceux qui sont plus familiers avec le secteur technologique israélien sont peut-être aussi conscients de l’activité qui se déroule dans les grandes villes de Jérusalem et de Haïfa, chacune étant un centre technologique prospère en soi.

Mais l’innovation israélienne ne connaît pas de frontières et les facteurs sous-jacents qui ont produit les entrepreneurs qui ont fait de Tel Aviv un aimant technologique pour les investisseurs, les multinationales et les gouvernements existent dans tout le pays.

Ainsi Beer Sheba, Yokneam, Rehovot, Netanya et Nazareth n’ont peut-être pas la notoriété de Tel Aviv, mais elles abritent des centaines d’entreprises technologiques israéliennes qui constituent la « Start-up Nation ».

Beer Sheba est devenue un centre majeur de cybersécurité, en grande partie grâce à une pollinisation croisée réussie entre l’armée, le monde universitaire et le secteur privé.

Elle abrite l’université Ben Gourion du Néguev, avec son programme d’études supérieures en cybersécurité et son centre de recherche sur la cybersécurité, l’arène de cyberinnovation CyberSpark et des entreprises de premier plan. Elle accueille également l’INCB (Israeli National Cyber Bureau) et est la destination prévue des divisions de renseignement et de cybernétique de l’IDF, en pleine expansion.

Si Israël est la « Start-Up Nation », Yokneam est un « Start-Up Village ». Les bâtiments n’y sont peut-être pas des gratte-ciel tape-à-l’œil, mais de nombreuses entreprises technologiques de toutes tailles y ont trouvé refuge dans des complexes tentaculaires, souvent cachés derrière une épaisse rangée d’arbres et de haies.

Rehovot abrite le Weizmann Institute of Science, un centre universitaire de renommée mondiale spécialisé dans la recherche dans les domaines des sciences naturelles et exactes – des disciplines universitaires qui produisent une quantité généreuse de brevets et une base pour un large éventail de développements commerciaux.

Netanya offre aux entreprises technologiques plus d’espace à des prix plus avantageux que ce qu’elles peuvent obtenir dans la métropole surpeuplée, sans compromettre la qualité des talents ou la connexion au centre. À ce jour, une centaine d’entreprises, couvrant une variété de secteurs dont la cybersécurité, la RV, l’IA, les jeux, la fintech et la mobilité, ont fait de la ville leur base d’opérations.

Nazareth est en train de devenir de son côté une destination de pèlerinage pour les geeks comme pour les dévots. En tant que plus grande ville arabe d’Israël, elle est le principal bénéficiaire du réveil de l’esprit d’entreprise israélo-arabe de ces dernières années, qui a donné naissance à un grand nombre de nouvelles entreprises, dont beaucoup sont situées dans le nord de la Galilée.

Sa situation géographique en fait un pôle d’attraction pour les diplômés du Technion et de l’université de Haïfa, où les Arabes chrétiens et musulmans représentent environ 30 % de la population étudiante, soit bien plus que leur pourcentage dans la population générale (20 %) et dans la main-d’œuvre israélienne de haute technologie (3 %).

Comme la pandémie de COVID-19 nous l’a appris, la géographie n’est plus aussi importante qu’autrefois. À l’ère du travail à domicile et des nomades numériques, l’emplacement est secondaire. Lorsque l’on cherche des solutions technologiques, il est préférable de ne pas se limiter à ce que l’on connaît déjà et avec lequel on est familier.

Source : Medium & Israël Valley

Partager :