Partager :

Le ciel israélien pourrait rouvrir dès la mi-janvier, selon le comité d’experts qui conseille le ministère de la Santé sur la pandémie de coronavirus.

Le comité, présidé par le professeur Ran Balicer, s’est réuni la semaine dernière et a passé en revue un certain nombre de restrictions clés, notamment celles concernant l’aéroport Ben-Gourion.

L’aéroport international israélien est fermé aux étrangers depuis que le premier cas d’Omicron a été découvert dans l’État hébreu le mois dernier. En outre, plus de 50 pays ont été placés sur la liste rouge, ce qui signifie que les Israéliens ne peuvent s’y rendre sans autorisation spéciale.

« Le taux de morbidité du variant Omicron chez ceux qui ne sont pas revenus de l’étranger et leurs contacts directs est en augmentation », ont déterminé les experts. « Le maintien des restrictions aériennes n’est pertinent tant qu’il n’y a pas d’infection généralisée par Omicron dans le pays », ont-ils ajouté.

L’équipe a déclaré que la décision de fermer le ciel s’est avérée correcte et a permis à Israël de gagner un temps précieux pour renforcer la vaccination, acheter des médicaments potentiellement vitaux et permettre à l’économie de fonctionner pleinement.

Les experts ont estimé que « dans environ une semaine et au maximum deux semaines », une infection généralisée due au variant Omicron est attendue en Israël, au-delà des cas « importés de l’étranger ».

« Nous approchons rapidement du point où cette politique [aéroportuaire] ne sera plus bénéfique en raison d’une augmentation rapide de la propagation locale de la souche Omicron. Des préparatifs doivent être menés qu’elle soit abolie », ont-ils déclaré.

i24News.
Partager :