Partager :

À la tête d’une fortune estimée par Forbes à plus de 260 milliards de dollars, le fantasque PDG de Tesla et SpaceX, âgé de 50 ans, aura marqué 2021 de son empreinte.

Le patron du fabricant de véhicules électriques Tesla et de la société d’exploration spatiale SpaceX Elon Musk a été désigné lundi 13 décembre personnalité de l’année par le magazine américain Time.

L’homme le plus riche de la planète, ne fait pas l’unanimité, suscitant à la fois admiration et critiques acerbes. À la tête d’une fortune estimée par Forbes à plus de 260 milliards de dollars, Elon Musk, 50 ans, aura marqué 2021 de son empreinte, autant pour ses réussites entrepreneuriales que ses saillies sur Twitter. «La personnalité de l’année est un marqueur d’influence», écrit dans un éditorial le patron du Time, Edward Felsenthal. «Peu d’individus ont autant d’influence que M. Musk sur la vie sur Terre et potentiellement aussi sur la vie en dehors de la Terre.»

Avec la société d’exploration spatiale SpaceX, qu’il a fondée en 2002, il a enchaîné les succès, d’un contrat exclusif signé avec la Nasa pour construire le prochain module d’alunissage de l’agence américaine à la première mission orbitale de l’Histoire ne comptant aucun astronaute professionnel à bord. «Le but global est de permettre à la vie de se développer sur plusieurs planètes et de faire de l’humanité une civilisation spatiale», a affirmé Elon Musk dans l’entretien accordé au Time. «Le prochain grand objectif est de construire une ville autonome sur Mars et d’y faire venir des animaux et des créatures terrestres. Un peu comme une arche de Noé du futur», a ajouté l’entrepreneur d’origine sud-africaine, naturalisé canadien puis américain.

Tesla, qu’Elon Musk dirige depuis 2008, a également connu une année faste, continuant de dominer le marché très convoité des véhicules électriques. À Wall Street, l’entreprise a rejoint en octobre le club très restreint des groupes valant plus de 1.000 milliards de dollars en Bourse. Elle a livré au troisième trimestre plus de 240.000 véhicules, un record. «Notre objectif avec Tesla a toujours été de servir d’exemple à l’industrie automobile en espérant que les autres constructeurs fabriquent aussi des véhicules électriques afin d’accélérer la transition vers des technologies durables», a indiqué Elon Musk.

La bonne santé boursière de Tesla a aussi profité au compte en banque du milliardaire, qui s’est récemment engagé à vendre 10% des ses parts de l’entreprise après avoir sondé ses abonnés sur Twitter. Elon Musk, qui s’est déjà délesté de plus de 11 millions d’actions Tesla, devrait utiliser une partie des bénéfices issus de la vente pour payer ses impôts. Grand adepte de Twitter, où il compte plus de 66 millions d’abonnés, l’entrepreneur s’y exprime abondamment, souvent pour partager des mèmes et des blagues potaches, mais aussi pour exprimer ses opinions ou faire toutes sortes d’annonces. «SpaceX lance un programme pour retirer du CO2 de l’atmosphère et le transformer en carburant pour fusée», a-t-il ainsi écrit lundi, sans s’embarrasser de plus de détails.

/www.lefigaro.f

Partager :