Partager :

A. IAI ET AMIR PERETZ.

Amir Peretz, l’ancien ministre israélien de la Défense vient d’être nommé nouveau président de la société de défense Israël Aerospace Industries (IAI). «Je suis honoré par ma nomination en tant que président du conseil d’administration d’IAI, une entreprise pionnière dans le monde du développement de technologies de pointe», a déclaré l’ancien ministre, soulignant que «l’IAI est la pierre angulaire de la sécurité et de l’économie d’Israël».

Le Gouvernement avait approuvé la nomination de Amir Peretz après qu’un comité consultatif dédié aux nominations de haut niveau s’y fut opposé. Le ministre de la Défense Benny Gantz avait proposé la candidature de Peretz, mais le comité consultatif avait jugé que le choix était problématique, citant le manque d’expérience de Peretz dans de telles entreprises ainsi que ses liens avec Gantz (Peretz a été nommé ministre sous Gantz dans le gouvernement précédent, dans lequel ce dernier avait le pouvoir de nommer environ la moitié du cabinet en vertu d’un accord de partage du pouvoir).

Le cabinet a cependant ignoré l’avis du comité dimanche, approuvant la nomination de Peretz. Celle-ci nécessitait l’autorisation du ministre des Finances Avigdor Liberman, qui a été obtenue.

B. IAI. Israel Aerospace Industries.

Le , IAI est devenu  Israel Aerospace Industries reflétant plus précisément le champ d’activité actuel de l’entreprise. Le groupe actuel produit des drones et des systèmes spatiaux : satellite d’observation Ofek, satellite de communications AMOS et le lanceur Shavit.

Les systèmes actuellement mis en œuvre par l’armée de l’air sont, entre autres, les General Dynamics F-16, McDonnell Douglas F-15, le Yasour 2000, les Sikorsky CH-53, les patrouilleurs Dvora, les missiles mer-mer Gabriel et l’avion d’alerte avancée Phalcon. IAI développe actuellement un missile anti-missile Arrow contre les missiles à courte et moyenne portée. IAI est actuellement le plus gros employeur d’Israël (environ 40 000 personnes).

C. MAROC ET AMIR PERETZ. Né à Bejaad, une ville  située dans la région de Béni Mellal-Khénifra, Amir Peretz a occupé plusieurs postes ministériels dont celui de vice-Premier ministre, ministre de la défense (2006-2007) et ministre de l’Economie et de l’Industrie (2020-2021). Amir Peretz commence sa carrière politique en tant que maire de Sderot en 1983 puis devient député à la Knesset en 1988.

À la tête du syndicat Histadrout, il organise à plusieurs reprises des grèves générales qui paralysent le pays pour s’opposer aux gouvernements libéraux de droite pendant de nombreuses années. Il est considéré comme une « colombe » pour ses positions pacifistes dans le conflit avec les Palestiniens : il a été militant de la paix maintenant, le principal mouvement d’opposition aux colonies israéliennes.

Marié et père de quatre enfants, ses origines séfarades en tant que Juif marocain contribuent à donner une image plus populaire au parti, qui a souvent été jugé élitiste par les Israéliens originaires d’Afrique du Nord.

Amir Peretz entretient un lien étroit avec le Maroc, qu’il a quitté à quatre ans mais dont il dispose toujours de la nationalité et où il se rend régulièrement et où plusieurs membres de sa famille résident encore. Il affirme être fier de ses origines marocaines, qu’il considère comme partie prenante de son identité. Sa proximité avec le roi du Maroc est souvent soulignée : il est d’ailleurs reçu par le roi le 17 février 2006 pour une audience au palais royal de Fès.

En janvier 2006 après sa victoire à la présidence du parti travailliste israélien, il déclare ; « mon élection à la tête du Parti travailliste israélien est une victoire pour tous les Marocains, ceux qui vivent en Israël et ceux qui vivent au Maroc ».

IAI. IAI (Israeli Aerospace Industries) a perçu 22 millions de dollars (environ 20 millions d’euros) cette année dans un accord signé avec le Maroc, a rapporté mardi le quotidien israélien Haaretz.

Selon le journal, IAI fournira au Maroc des drones Harop, dits « kamikazes », des véhicules de combat aériens sans pilote contenant près de 20 kg d’explosifs, conçus pour évoluer au-dessus du champ de bataille et plonger sur des cibles pour les détruire. 

 

Partager :