Partager :

Dans environ un mois la Chambre de Commerce Israël-France de Tel-Aviv va célébrer la présidence française de l’Union européenne. Celle-ci doit commencer le 1er janvier 2022 et se finira au 1er juillet de la même année. Une question souvent posée en Israël. Quel est le budget alloué par la France à l’Europe?

Réponse : La France est le deuxième contributeur au budget de l’UE derrière l’Allemagne, avec 28,8 milliards d’euros versés en 2021. Un montant qui représente 18 % des contributions des Etats membres. La France est ainsi le deuxième contributeur au budget de l’UE derrière l’Allemagne (26 % des contributions nationales) et devant l’Italie (13 %).

Selon Ouest-france.fr : « Emmanuel Macron doit annoncer au cours de ce mois les priorités de la présidence française de l’Union européenne (UE) qui se tiendra au premier semestre 2022. Christian Lequesne, professeur à Sciences Politiques à Paris ».

« Emmanuel Macron doit annoncer au cours de ce mois les priorités de la présidence française de l’Union européenne (UE) qui se tiendra au premier semestre 2022. Le choix d’annoncer au dernier moment s’explique. Il fallait laisser aux trois nouveaux partis de gouvernement en Allemagne (sociaux-démocrates, Verts et libéraux) le temps d’achever leur programme de coalition ; ce qui est maintenant chose faite. Ensuite, le président de la République a intérêt à ne pas livrer ses priorités trop tôt à ses opposants dans le contexte électoral qui s’ouvre. La présidence française de l’UE sera en effet rythmée par l’élection présidentielle. Le risque est assumé par Emmanuel Macron qui cherchera à rassembler son électorat proeuropéen. Il sera cependant moins en mesure d’utiliser le leadership de la présidence française que Nicolas Sarkozy en 2008, car la direction du Conseil européen – la réunion des 27 chefs d’État et de gouvernement – échoie désormais à un président permanent, en l’occurrence le belge Charles Michel.

À défaut d’avoir annoncé son programme, la présidence française en a défini le slogan. Il se compose de trois mots : Relance, puissance et appartenance.

Relance, parce que dans le contexte post-crises, il faut que le Plan de relance économique décidé par l’UE produise enfin ses effets. La présidence française entend s’extraire d’une trop grande rigueur budgétaire pour favoriser l’investissement. Elle pourra compter sur le soutien des pays du sud. Du côté allemand, le nouveau chancelier social-démocrate Olaf Scholz et les Verts sont également sensibles à l’idée d’une politique économique axée sur la relance par l’investissement. Mais les libéraux au sein de la coalition berlinoise sauront aussi rappeler : pas trop de dettes et de déficit ! Ce qui ne déplaira pas aux États dits « frugaux » : Autriche, Danemark, Pays-Bas et Suède ».

Partager :