Partager :

Le Fonds souverain israélien commencera à fonctionner à la mi-2022.  Après la découverte de réserves de gaz naturel au large de la côte méditerranéenne d’Israël au début des années 2000, la Knesset avait adopté une loi rendant obligatoire la création d’un fonds souverain.

Les entreprises qui tirent profit du gaz et des autres ressources naturelles d’Israël sont censées verser 50 % de leurs bénéfices à ce fonds, qui sera utilisé au profit des citoyens israéliens. Cette somme s’ajoute aux 12,5 % de redevances et à l’impôt sur les sociétés, que les sociétés paient régulièrement.

Il y a plusieurs années, la Banque d’Israël a prévu qu’en 2022, le fonds disposerait de 14,2 milliards de shekels, et qu’il atteindrait environ 270 milliards de shekels en 2030.

Selon l’autorité fiscale israélienne, seuls 741 millions de shekels (225,7 millions de dollars) étaient entrés dans le fonds à la fin du mois de juin 2021. L’autorité prévoyait que la barre du milliard de shekels serait atteinte à la fin de cette année.

De 2011 à 2020, un total de 486 millions de shekels a été collecté à partir des réservoirs de gaz, et 225 millions de shekels supplémentaires ont été collectés au cours du premier semestre de cette année, a indiqué l’autorité.

Si le fonds de richesse contient si peu d’argent, c’est grâce à des formules complexes convenues par le gouvernement, qui permettent aux entreprises d’engranger certains bénéfices avant de commencer à payer, ainsi qu’aux litiges juridiques et aux appels des entreprises concernant les demandes de paiement.

 

Partager :