Partager :

La société israélienne de cybersécurité XM Cyber, cofondée par l’ancien chef du Mossad Tamir Pardo, est en cours d’acquisition pour un montant de 700 millions de dollars par le groupe allemand Schwarz, une multinationale du commerce de détail dont le chiffre d’affaires annuel déclaré s’élève à quelque 140 milliards de dollars.

XM Cyber continuera à fonctionner de manière indépendante et à proposer ses produits sous sa marque et sa structure de soutien actuelles, selon l’annonce faite lundi.

L’entreprise Schwarz Group, le plus grand détaillant d’Europe, exploite des grandes chaînes d’épicerie telles que Lidl et Kaufland. L’année dernière, la multinationale est entrée dans l’espace de l’informatique sur le cloud, annonçant qu’elle construisait sa propre plateforme d’informatique dans le nuage pour les détaillants, appelée Stackit, afin de rivaliser avec AWS (Amazon Web Services), Microsoft et d’autres grands fournisseurs de nuages. Le groupe a également acquis la société Camao IDC, spécialiste des logiciels basée en Allemagne, pour renforcer sa branche informatique.

XM Cyber, (XM signifie ex-Mossad) a été fondé en 2016 par Pardo, Noam Erez, un expert de la communauté du renseignement israélien depuis 25 ans, et Boaz Gorodissky, un vétéran de la communauté depuis 30 ans.

L’entreprise, basée à Herzliya, a abordé les cyber-menaces du point de vue du hacker et sa plateforme automatisée de simulation de menaces persistantes avancées s’emploie à trouver de nouvelles expositions, des vulnérabilités et des informations d’identification exploitables, des configurations erronées et des activités des utilisateurs qui pourraient potentiellement exposer les organisations à un risque d’attaque.

XM Cyber compte parmi ses clients de grandes institutions financières, des organismes de santé et des entreprises d’infrastructures critiques en Europe et aux Etats-Unis.

La société a récemment fait son entrée sur le marché des Émirats arabes unis dans le cadre d’un consortium dirigé par Rafael pour offrir des solutions qui répondent aux « besoins des services et infrastructures critiques au niveau national, pour fournir une défense contre les activités malveillantes de la cyberguerre par des acteurs étatiques, ainsi que par des pirates informatiques indépendants, pour protéger des actifs tels que les transports, le pétrole et le gaz, la fabrication, l’eau et les égouts, l’infrastructure énergétique ».

Times of Israel (Copyrights).

Partager :