Partager :

Selon un communiqué publié par le ministère israélien des Affaires étrangères, une bague en or et en améthyste a été découverte dans le centre d’Israël, à environ 500 pieds d’un entrepôt du VIIe siècle sur l’un des plus grands sites connus de production de vin byzantin. L’archéologue Amir Golani a déclaré que l’anneau pourrait remonter au troisième siècle et avoir été porté pendant des centaines d’années. Ces bagues pouvaient être portées par des hommes et des femmes en tant que symbole de statut social, mais les améthystes étaient également censées prévenir la gueule de bois, a-t-il ajouté. L’anneau peut avoir été porté par le propriétaire de l’entrepôt, un contremaître ou une personne malchanceuse.

À l’époque byzantine, le vinum Gazetum, ou vin de Gaza, était expédié depuis le port de Gaza dans toute la Méditerranée et au-delà. « Le vin de Gaza était considéré comme un vin blanc doux de luxe, loué par les poètes et mentionné dans les récits des voyageurs », explique l’archéobotaniste Daniel Fuks de l’université Bar-Ilan. Le vin était conditionné dans des « jarres de Gaza » en céramique, dont la forme longue et fine convenait au transport par chameau et par bateau. Ces jarres ont été retrouvées jusqu’en Grande-Bretagne, en Allemagne et au Yémen, ce qui témoigne de la grande popularité de ce spiritueux.

Si de nombreux chercheurs ont lié le déclin du marché du vin de Gaza à la conquête islamique de la région au milieu du VIIe siècle, d’autres pensent que la production de raisin dans les hauts plateaux du Néguev a diminué un siècle plus tôt. Parmi les explications possibles, il cite le refroidissement de la planète, qui a pu entraîner des inondations exceptionnellement destructrices dans la région, et l’apparition de la peste de Justinien en 541, qui a pu éroder la demande de produits de luxe dans toute la région et réduire le nombre de travailleurs agricoles.

Source : Archeology.org & Israël Valley

Partager :